Réservé aux abonnés

Littérature: des artistes au pied du gouffre

«La dernière interview» d’Eshkol Nevo, bouleversante auto-interview fictive, se maintient dans la dernière sélection du Femina étranger, alors que le sulfureux «Poison Florilegium» en sort.
12 oct. 2020, 20:00
«Poison Florigelium» d’Annalena McAfee est une pure fiction jubilatoire.

Les grands prix littéraires de l’automne égrènent leurs sélections. Parmi eux, le Femina, qui dotera le 3 novembre un essai, un roman français et un étranger. Dans cette catégorie, il reste douze livres, dont celui d’Eshkol Nevo, «La dernière interview». Il y met en scène un écrivain israélien qui vit comme lui avec sa femme et ses enfants près de Tel Aviv. Incapable d’avancer sur son projet en cours, il préfère s’atteler aux prétendues questions de ses l...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois