Réservé aux abonnés

«Le pire mal, c’est l’indifférence»

Giosuè Calaciura écrit l’histoire violente et poétique de deux amis, Mimmo et Cristofaro, dans «Borgo Vecchio», où le héros tragique et adulé est un voleur, Totò, et le traître, Judas.
05 oct. 2019, 00:01
DATA_ART_13112254

Chaque soir, au Borgo Vecchio, résonnent les cris de Cristofaro, qui pleure la bière de son père, et qui «savait qu’un jour son père allait le tuer». Mimmo, dont le père Giovanni arnaquent ses clients sur le poids de la mortadelle, est prêt à tout pour sauver son ami, et aime Celeste, la fille de la prostituée Carmela. Tous rêvent d’avoir pour père Totò, pickpocket aux semelles ailées. Lorsque les habitants défient leur destin, Dieu se met en colère, tempête, et sa vengeance donne lieu à des scènes aussi oniriques que fatales, avec des légumes du marché soufflés comme des cerfs-volants, et des...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois