Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Le fils imite son père

L'Américain Roger Kornberg a remporté hier le prix Nobel de chimie pour ses recherches sur l'un des éléments clés de la vie, la transcription des gènes. Il marche ainsi sur les traces de son père, Nobel de médecine il y a près d'un demi-siècle.

05 oct. 2006, 12:00

Avec ce nouveau Nobel américain, les Etats-Unis ont raflé tous les prix scientifiques cette année - médecine, physique, chimie -, une suprématie sans partage.

Roger Kornberg, 59 ans, était un petit garçon de douze ans quand il était venu à Stockholm pour voir son père, Arthur Kornberg, recevoir en 1959 le Nobel de médecine. Le père, qui est toujours en vie, travaillait sur l'ADN et le fils l'a suivi dans un domaine de recherche similaire.

Depuis la création des prix Nobel en 1901, six fils ont imité leurs pères et remporté un prix Nobel, toutes catégories confondues. Les travaux de Roger Kornberg portent sur «la façon dont l'information des gènes est copiée et ensuite transférée vers les parties des cellules qui produisent des protéines», a indiqué l'Académie royale des sciences de Suède.

«Kornberg est le premier à avoir créé une véritable image de ce processus au niveau moléculaire, notamment dans le groupe important d'organismes appelés eucaryotes» (organismes contenant des cellules avec noyau), a précisé le comité. / ats-afp-reuters

Votre publicité ici avec IMPACT_medias