LCI renonce à l'info en continu, TF1 supprime 148 postes

Le groupe TF1 va biffer 148 postes de travail, dont 58 à LCI. En cause l'abandon de l'info en continu faute d'avoir pu devenir gratuite.

23 sept. 2014, 15:09
Dans le détail, la direction veut supprimer 81 postes à TF1, 58 à LCI et 9 sur 12 dans la filiale numérique e-TF1

Faute d'avoir pu devenir gratuite, LCI va abandonner l'info en continu au profit de l'analyse. Cette restructuration entraînera la suppression de 148 postes dans le groupe TF1, sa maison mère, dont 58 à LCI.

LCI, qui fonctionnera désormais avec un effectif réduit à 54 personnes, abandonnera le "hard news" au profit de l'analyse, a annoncé mardi son patron Eric Revel, écartant pour l'instant les offres de reprise ou de partenariat du "Monde" et du "Figaro".

Dans le détail, la direction veut supprimer 81 postes à TF1, 58 à LCI et 9 sur 12 dans la filiale numérique e-TF1, selon un communiqué du groupe. LCI comptait jusqu'à présent 247 emplois équivalent temps plein, dont 98 journalistes, les autres étant sous contrat TF1 et détachés à LCI, pigistes ou CDD.

"TFI en profite pour faire un plan social", alors qu'il "est bénéficiaire", a commenté Philippe Ballard, délégué CFTC de LCI.

TF1 veut néanmoins continuer à se battre pour la gratuité de LCI: il va déposer un recours devant le Conseil d'Etat contre la décision du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), qui a refusé en juillet son passage en gratuit.

Editorial plus en profondeur

En attendant, LCI a décidé d'abandonner l'information en direct, dominée par ses concurrents BFMTV et Itélé. "Aujourd'hui, l'offre éditoriale est pléthorique en matière de chaînes d'info en continu. Très clairement, LCI abandonnera le positionnement de nos grandes concurrentes, celui du 'hard news', pour essayer d'être sur un éditorial beaucoup plus en profondeur sur un ou deux thèmes et peut-être une émission emblématique", a déclaré Eric Revel.

LCI nouvelle formule sera présente à la télévision via les box des opérateurs, avec lesquels elle négocie actuellement, et sur Internet (tablettes, smartphones et ordinateurs). Le patron de LCI n'a plus évoqué sa présence sur la TNT (télévision numérique terrestre) payante, coûteuse et qui ne compte que très peu d'abonnés.

"LCI ne produira que quelques heures par jour, avec des plateaux en direct et des flashs d'info mais plus de duplex en direct", a expliqué Philippe Ballard. Ce projet, qui "nécessite encore le bouclage d'un financement", "concernera 54 personnes" seulement, selon la direction.

Partenariats

Interrogé sur un éventuel accord avec "Le Figaro" ou "Le Monde", qui étaient intéressés par les images produites par LCI, Eric Revel a jugé qu'"aucune offre suffisamment sérieuse" n'avait été formulée pour l'instant, assurant que "LCI n'est pas à vendre". Mais il n'a pas exclu des "partenariats".

En raison du refus du CSA de laisser passer LCI en gratuit, TF1 avait annoncé cet été une nouvelle stratégie pour sa chaîne, chroniquement déficitaire, dont l'audience est devenue marginale. Elle avait prévenu que LCI "telle qu'elle existe actuellement" disparaîtrait début 2015.

Lancée il y a 20 ans, LCI est toujours restée une chaîne payante, alors que ses concurrentes BFMTV et i-Télé sont, elles, sur la TNT gratuite. Elles bénéficient ainsi de numéros de chaînes parmi les premiers, quand LCI est généralement reléguée bien plus loin dans la numérotation sur les box où elle est présente.

LCI n'a plus qu'une audience de 13'000 personnes en moyenne par quart d'heure et perd chaque année plusieurs millions d'euros.