Réservé aux abonnés

L'enfance est une jungle

Deux écrivains explorent les fratries. L'un à New York, écrit un premier roman sensuel et l'autre, en Grande-Bretagne, dévoile, sur fond d'espionnage, le manque de réalisme d'un petit frère.
24 janv. 2012, 00:01
data_art_5683748

"Vie animale" de Justin Torres, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Lætitia Devaux, L'Olivier, 142 p.,

28fr.80

"On était six mains qui happaient et six pieds qui trépignaient." Dans le premier roman de Justin Torres, "on", c'est trois frères aux individualités peu marquées, inséparables, si intimement liés qu'ils en deviennent un seul animal aux membres multiples. Et "on" a faim, "on" se donne chaud les nuits froides d'hiver, "on" se tartine de tomates écrasées et de tubes de crème maternels lors d'une bataille tout aussi salissante que purificatrice dans "Vie animale", ce récit sensuel ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois