Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Gros testicules, petit cerveau

Pour certaines chauves-souris mâles, les prouesses sexuelles ont un prix: des cerveaux de taille plus modeste... «Il apparaît que la taille a vraiment de l'importance», constate Scott Pitnick, biologiste à l'Université américaine de Syracuse, qui a dirigé une étude sur ce sujet.

28 janv. 2006, 12:00

Selon cette étude, dont les conclusions ont été publiées en décembre dans la revue en ligne «Proceedings of the Royal Society: Biological Science», au sein des espèces où les femelles ont des moeurs légères, les mâles nantis des plus gros testicules sont également dotés d'un cerveau plus petit. A l'inverse, quand elles leur restent fidèles, leurs organes sexuels sont moins imposants, mais leur cerveau plus gros.

En raison de ses qualités exceptionnelles de navigation et de vol, la chauve-souris a fait l'objet de nombreuses études. Ce qui a permis à Scott Pitnick et à ses confrères de disposer d'un grand nombre de données sans avoir besoin d'arpenter les caves.

Compétition de sperme

Au total, 334 espèces de chauves-souris ont été étudiées. Lorsque les femelles étaient monogames, les mâles avaient des testicules qui représentaient entre 0,11% et 1,4% de leur poids total. Mais dans les espèces où elles étaient particulièrement frivoles, leurs organes sexuels pouvaient atteindre de 0,6% à 8,5% de leur masse corporelle. «Si une femelle s'accouple avec plus d'un mâle, une compétition de sperme commence, observe Scott Pitnick. Le mâle qui éjacule le plus remporte la compétition et ainsi, de nombreuses chauves-souris développent des testicules scandaleusement gros».

Faute d'énergie suffisante pour développer le cerveau, celle-ci étant utilisée en dessous de la ceinture, les mâles seraient dotés de capacités mentales amoindries, constate l'étude de Pitnick. /ap

Votre publicité ici avec IMPACT_medias