Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Cynisme politique à Genève

05 mai 2007, 12:00

Etre efficace ou être honnête, c'est le dilemme des personnages de «Philoctète», pièce de Heiner Müller d'après Sophocle proposée au Théâtre du Grütli à Genève. Cet ouvrage traite du cynisme politique et sera à l'affiche du 8 au 27 mai. Il sera servi par David Casada, Jacques Probst et Valentin Rossier.

«La version de Müller, par sa concentration poétique et critique de l'original permet de resserrer le texte de Sophocle. Elle est même un modèle du genre», explique le metteur en scène Bernard Meister dans une documentation remise à la presse.

Philoctète est un héros qu'une blessure rend inutile. Il est abandonné par Ulysse sur une île déserte: Lemnos. Dix ans après, Ulysse se souvient que Philoctète dispose d'un arc et de flèches infaillibles. Il débarque sur l'île pour le persuader de le suivre pour mettre un terme à une guerre qui s'éternise et vaincre Troie.

Le metteur en scène s'est rendu sur Lemnos et la transpose sur scène. Il y a tourné des images, enregistré des sons qu'il restitue durant le spectacle. Ce dispositif vise à refléter la dimension tragique des conflits qui émaillent l'histoire humaine.

La pièce traite du cynisme politique et aborde plusieurs questions: comment ramener quelqu'un qu'on a abandonné? Comment accepter de se mettre au service de ses bourreaux? Comment rattraper le temps perdu? Le dénouement de l'histoire diffère selon les versions. Dans celle de Sophocle, Philoctète se soumet et reste vivant. Dans celle de Heiner Müller, le héros est sacrifié. / ats

Votre publicité ici avec IMPACT_medias