Réservé aux abonnés

Un polar en manque de reconnaissance

15 avr. 2015, 00:01
data_art_9029515.jpg

Après "Captifs", un survival saignant sur des sévices infligés à des âmes innocentes par des humains monstrueux, le réalisateur français Yann Gozlan livre un thriller symptomatique de sa fascination pour les films de genre. Et pour cause, "Un homme idéal" n'est pas sans rappeler "Plein soleil" (1960) de René Clément, lui-même adapté du roman "The Talented Mr. Ripley" de Patricia Highsmith, dont Anthony Minghella a tiré le film éponyme avec Matt Damon.

Mathieu Vasseur (Pierre Niney) gagne sa vie en débarrassant des appartements. Rêvant de devenir écrivain, le jeune homme rédige de piètres essai...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois