Réservé aux abonnés

Le modèle qui ne voulait pas être une nature morte

En décrivant la relation entre une peintre et son modèle à la fin du 18e, la cinéaste Céline Sciamma réussit un grand film féministe.
18 sept. 2019, 00:01
DATA_ART_13077336

En trois films, «Naissance des pieuvres», «Tomboy» et «Bande de filles», qui forment une trilogie sur les thèmes de la jeunesse, de l’éveil à la sexualité et de l’émancipation féminine, la Française Céline Sciamma s’est affirmée comme l’une des réalisatrices parmi les plus remarquables de sa génération. Avec «Portrait de la jeune fille en feu», prix du scénario à Cannes, Sciamma semble délaisser les territoires ambigus du contemporain pour aborder ceux en apparence plus balisés du film à costumes.

Sur les images du générique de début du film, une main esquisse des traits au fusain. Dans la prem...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois