Réservé aux abonnés

Casser les codes du dressing

Agnès b et Lanvin ont créé la surprise.
23 janv. 2012, 00:01
data_art_5679634

Casser les codes et assumer de ne ressembler à personne ou marier les matières et les styles pour tenter de capter toute l'essence du vestiaire masculin: telle est la quadrature du cercle tentée hier chez Agnès b. et Lanvin, deux maisons incontournables du vestiaire de l'homme parisien.

Chez Agnès b., l'homme ne s'embarrasse plus des codes vestimentaires et encore moins de la tradition bourgeoise. En plus d'avoir toujours l'air de se lever en plein après-midi, ses modèles ont pioché ici et là ce qu'il trouvaient pour se vêtir, parfois la jupe denim ou la paire de collants oubliés par une copi...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois