Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Blocher: un document de télévision pris en otage

Les unes après les autres, les sections cantonales de l?UDC, sauf une pour le moment, sont favorables à l?exclusion de la section des Grisons, faute de pouvoir mettre à la porte «leur» conseillère fédérale. Pour appuyer la condamnation indirecte de la «traîtresse», le document de la DRS «La chute de Christophe Blocher», de Hans-Jörg Zumstein, est pris en otage, comme «preuve à l?appui».

12 mai 2008, 12:00

Bien après la DRS, sa diffusion, dimanche passé, par la TSR, accommodée à la sauce d?«Infrarouge», aura servi de relance en partie explosive. Lire, écouter, regarder ce qu?expriment les uns et les autres fait prendre acte que l?on est en train de dire tout et son contraire des événements et des acteurs de ce grand spectacle. Mais il y a un oublié: le document lui-même. Pour maîtriser ce «blockbuster», il faudrait un «Arrêt sur images» (feu l?émission de France 5). La place sur papier journal manque! Ce texte propose modestement quelques têtes de chapitre. Des compléments comme «moyens de preuve» se trouvent sur le blog de «Rétines».

Le réalisateur a largement déclaré vouloir laisser le spectateur libre d?interpréter une partie de son film, au nom du devoir d?information «objective» de la télévision de service public. Danger: l?interprétation d?un fait reste souvent difficile à formuler. L?auteur du document connaît ou croît connaître la réponse. Il n?en dit volontairement rien. Mais peut-être ne connaît-il pas cette réponse! Jamais, ou trop rarement, il ne le dira, ce qui serait pourtant honnête: «Je ne sais pas»!

Sait-il et se tait-il ou ne dit-il pas qu?il ne sait pas? Impossible à savoir en suivant son document.

Alors, énumérons quelques points sur lesquels des compléments deviennent indispensables: combien sont-ils, parmi les UDC et radicaux, à n?avoir pas voté pour Blocher? Une bonne vingtaine? Autre question: complot ou non? Rien dans les images et les sons pour répondre. A peine, ici ou là, des bribes dans certaines déclarations. Mais le commentaire emploie ce mot ou des équivalences à d?insistantes reprises. Et le poids des mots? Aussi bien Christophe Darbellay que Luc Recordon ont dit avoir eu des «garanties» «sérieuses» que Mme Widmer Schlumpf accepterait son élection. Et un «etc.»... Un gros «etc.»!

Pour en savoir davantage: blog.lexpress.ch/retines, blog.lexpress.ch/redenchef.
Votre publicité ici avec IMPACT_medias