A smartphone différent, choix de vacances différent

Selon une étude, les utilisateurs de smartphone Android sont plus économes et prévoyants que les propriétaires d'iPhone dans le choix de leur destination de vacances.
07 août 2015, 15:34
Toutes sortes de documents, mais aussi des notes manuscrites peuvent être photographiées avec un smartphone puis transformés en texte.

Le choix d'un smartphone est l'expression d'un mode de vie et cela se vérifie lors des réservations de vacances, selon une étude. Les propriétaires d'iPhone les effectuent tardivement mais vont plus loin, les utilisateurs d'Android sont plus économes et prévoyants.

Les détenteurs d'un smartphone fonctionnant avec Android réservent leurs billets d'avion 125 jours avant la date de départ. Les possesseurs d'iPhone ne le font que 101 jours avant leur vol. Même différence constatée pour les locations de voitures (117 jours contre 68) et les réservations d'hôtel (99 contre 98), selon une étude du moteur de recherche spécialisé dans le voyage Kayak.

Le type de smartphone ne trahit pas seulement la propension des utilisateurs à réserver plus ou moins tôt leurs vacances, mais il révèle aussi leurs destinations préférées. La destination préférée des fans d'Apple est ainsi Bangkok, les usagers d'Android privilégient Istanbul. Parmi ceux qui réservent depuis leur ordinateur, c'est Londres qui arrive en tête.

Voyage plus cher

Autre différence notable, les coûts moyens de réservation. Un utilisateur suisse d'iPhone dépense en moyenne 485 francs pour un vol, soit 120 de plus qu'un usager d'Android. Ils sont également plus rapides et mettent en moyenne 4 minutes pour réserver un vol, contre cinq minutes pour un utilisateur d'Android.

En comparaison avec les vacanciers d'autres pays européens, les Suisses prennent en moyenne plus de temps pour trouver la bonne offre. Ils ne sont par ailleurs pas enclins à effectuer leurs réservations trop en avance.

L'évaluation effectuée par Kayak se base sur l'analyse des recherches d'hôtels, de vols et de voitures de location faites par les clients entre 2014 et 2015 sur les applications et les pages Internet du moteur de recherche. L'étude a été menée dans neuf pays, dont la Suisse.