Réservé aux abonnés

Coronavirus: le déconfinement nous pousse-t-il à faire n’importe quoi?

Rassemblements au bord du lac de Neuchâtel, ruée dans les magasins de bricolage ou au fast-food: certains se lâchent à l’heure du déconfinement. Pourquoi? Un enseignant-chercheur en psychologie sociale répond à «ArcInfo».
14 mai 2020, 05:30
Pascal Wagner-Egger, enseignant-chercheur en psychologie sociale à l’Université de Fribourg.

«Rester enfermé peut sembler pire que l’exposition au virus», affirmait Pascal Wagner-Egger à «ArcInfo», le 24 mars dernier. Alors que le déconfinement commence, cet enseignant-chercheur en psychologie sociale à l’Université de Fribourg, Neuchâtelois d’origine, fait le point.

A lire aussi: «Le coronavirus génère une épidémie d’anxiété»: le décryptage d’un enseignant en psychologie sociale»

Le confinement en Suisse ét...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois