Vers un centre-ville remodelé et plus convivial à Saint-Imier

12 oct. 2010, 04:15

Le 23 septembre, les autorités politiques de Saint-Imier étaient conviées à une séance dans le but d'être informées de l'état d'avancement du projet de centre de Saint-Imier. Les Imériens concernés par la chose publique se souviennent qu'en février 2009, un tout ménage avait été envoyé à la population afin de sonder l'opinion quant à la nécessité d'aménager le centre-ville. Ils n'ont sans doute pas davantage oublié qu'en septembre 2009, une séance avait été organisée afin de les informer de ce projet que les autorités communales avaient pris à bras-le-corps. Le dossier suit son cours sous la houlette en particulier de Patrick Adatte, chef du Service de l'équipement.

Avant que les partis n'ouvrent officiellement leur campagne en vue du renouvellement des conseils exécutif et législatif, il a été jugé utile de réunir les décideurs de la cité afin de les tenir au courant de l'évolution des travaux. Parce que les choses sont en train d'entrer dans une phase nouvelle. En effet, la mise à l'enquête du plan de route, du Ceff (Centre de formation professionnelle) à la route de Tramelan, démarre ce mois déjà pour une acceptation prévue en mars ou avril 2011. L'aménagement de la circulation restera un point essentiel, compte tenu que le souci de bien faire ne devra pas occulter la nécessité de régler au mieux le flux de circulation, ont rappelé certains. Il est en effet ressorti des discussions de la séance du 23 septembre, une volonté de ne pas sacrifier le volet pratique sur l'autel de l'esthétisme.

Il a évidemment été question du parcage. Plusieurs solutions existent, dont un parking souterrain de 30 places. L'idée des initiants du projet est de générer un plus grand mouvement des voitures garées dans le centre-ville. Pour Patrick Adatte, même si rien n'est encore définitif en la matière, il sera judicieux d'installer des horodateurs au centre, des zones bleues dans les rues médianes et des zones blanches en périphérie. Autre point crucial, l'installation de marquises au-dessus des trottoirs sis entre les deux places du 16-Mars et du Marché devra protéger les chalands dans ce qui deviendra de véritables galeries marchandes.

Chose intéressante que les initiants tiennent à relever: le projet pourra se réaliser à choix en maintenant la vitesse des véhicules en transit à 50 km/h ou en l'abaissant à 30 km/h. Il a été précisé par le maire que le canton aura le dernier mot, mais qu'il faut s'attendre à ce qu'il avalise la décision qui sera prise au niveau communal. Selon Patrick Adatte, le mieux sera de consulter la population. D'un point de vue financier, la douloureuse pour Saint-Imier sera de 3,3 millions durant les trois prochaines années. Un montant qui englobe, pour l'essentiel, le renouvellement d'une infrastructure désuète (eau, électricité, gaz) sur la même période. A titre de comparaison, l'investissement du canton pour la seule réfection de la route et sur la même période se monterait à six millions. Le plénum du Conseil de ville sera informé de l'état du projet dans sa séance du 21 octobre. Le législatif puis le peuple se prononceront en principe en mars 2011. /bdr