Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Un élève plutôt moyen

L'Hôpital du Jura présente des chiffres supérieurs à la moyenne suisse dans presque tous les domaines. Mais la réalité est assez différente si l'on analyse objectivement toutes les données des trois sites Pour la première fois, l'Office fédéral de la santé publique a procédé à une étude comparative des hôpitaux du pays, en passant sous la loupe le nombre de patients, de séjours, les prestations, le personnel ainsi que les finances de ces établissements.

11 nov. 2006, 12:00

A la lecture de ces chiffres, on constate que l'Hôpital du Jura - réparti sur les trois sites de Delémont, Porrentruy et Saignelégier - est plutôt mauvais élève, en étant généralement au-dessus de la moyenne suisse: 100.000 jours d'hospitalisation, contre 60.000 en moyenne helvétique; 343 lits, (187), soit presque le double; 122 millions de charges d'exploitation (86 millions); près du double de personnel hospitalier...

Baby-boom

Seule excellente note: le baby-boom: le Jura a recensé 695 nouveau-nés en 2004, contre 595 dans les autres établissements...

«Comparaison n'est pas raison», dit le proverbe. En effet, en l'analysant de plus près, la situation jurassienne n'est pas si mauvaise qu'il n'y paraît. «Ce ne sont pas des indicateurs de performances mais de taille», indique Laurent Christe, directeur de l'Hôpital du Jura.

La réalité hospitalière jurassienne est bien différente car on y inclut les journées d'hospitalisation de long séjour ainsi que la gériatrie, comme pratiqué à Saignelégier. Voilà qui gonfle de façon singulière les jours d'hospitalisation. «Sur les 345 lits jurassiens, 227 sont destinés à ces longs séjours et à la gériatrie. En fait, nous avons 2,6 lits aigus pour 1000 habitants, soit un chiffre en dessous de la moyenne suisse», commente Laurent Christe.

L'effet de la planification

Autre résultat à commenter: la durée des hospitalisations. La moyenne en Suisse se situe à huit jours. Celle du Jura est passée de 13,1 à 12,9 jours entre 2003 et 2004 avec la nouvelle planification hospitalière. Ici aussi, la prise en compte de la gériatrie joue en défaveur du canton.

L'Hôpital du Jura occupe à ce jour 1128 employés (546 en moyenne suisse). «Depuis 2004, nous avons dû prendre en compte tous les services annexes, comme les employés de la cafétéria, la lessiverie...», explique Laurent Christe, qui n'estime pas ce chiffre pléthorique. Quant au nombre de médecins, il est exactement dans la fourchette suisse.

Et les charges?

Pour ce qui est des charges, une comparaison avec l'Hôpital de Fribourg, de taille quasi identique, est jouable. L'Hôpital du Jura, avec ses 343 lits et ses 90.000 séjours, dégage 125 millions de charges. Du côté de Fribourg, l'hôpital cantonal dénombre 334 lits pour 105.000 séjours. Il a dégagé un total de charges de 180 millions de francs... Mais est-ce que les deux établissements fournissent exactement les mêmes prestations? Notons, enfin, qu'un jour d'hôpital coûte en moyenne 900 francs et un séjour en moyenne 9200 francs.

On le voit, si ces statistiques révèlent une certaine réalité, il convient de les nuancer. Elles ont essentiellement pour but de mettre les hôpitaux en concurrence - comme les assurances maladie -, afin d'endiguer la hausse des coûts. / MGO

Votre publicité ici avec IMPACT_medias