Tornos creuse sa perte au premier semestre

Tornos a creusé sa perte nette au premier semestre 2012, à 3,37 millions de francs, contre un bénéfice de 5,40 millions pour la même période l'an dernier. Le chiffres d'affaires du fabricant de machines basé à Moutier (BE) s'est contracté de 32,3% à 97 millions de francs.

14 août 2012, 07:35
tornos_bist

Tornos, le producteur de machine-outil du Jura bernois, a creusé sa perte nette au premier semestre 2012, à 3,37 millions de francs, contre un bénéfice de 5,40 millions pour la même période l'an dernier. Le chiffres d'affaires de la société basée à Moutier (BE) s'est contracté de 32,3% à 97 millions de francs.

Le résultat opérationnel avant intérêts et impôts (EBIT) est aussi passé dans le négatif, à -2,52 millions contre un bénéfice de 10,95 millions une année auparavant, a indiqué Tornos dans son bilan semestriel publié mardi. Quant aux entrées de commandes, elles ont chuté de 34,2% sur un an, à 103,3 millions.
 
Au chapitre des perspectives, Tornos se montre plutôt pessimiste. "Il est déjà certain que les perspectives annoncées lors de la publication des résultats 2011, prévoyant un exercice 2012 à peu près équivalent, ne se concrétiseront pas".
 
"Malgré quelques projets importants susceptibles encore de se réaliser, le groupe ne s'attend pas à un chiffre d'affaires supérieur à un montant de l'ordre de 200 millions de francs", écrit-il dans un communiqué. En 2011, Tornos avait réalisé des ventes de 271,1 millions de francs.
 
Mesures d'économies
 
"Compte tenu également de la pression sur les marges résultant de la force du franc et malgré les mesures de chômage partiel introduites et qui le seront encore, le groupe ne parviendra pas à réaliser un EBIT positif", ajoute Tornos.
 
Le groupe prévoit par conséquent d'"optimiser durablement la structure de coûts", en l'occurrence de l'"alléger d'un montant annuel compris entre 30 et 35 millions de francs". La direction générale étudie actuellement un ensemble de mesures qu'elle communiquera cet automne, selon son communiqué.