Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Socialistes contre le Parc Chasseral

14 mars 2008, 12:00

Pour les socialistes imériens, seuls les génisses ont encore le droit de fouler l'herbe verte du district franc fédéral de la Combe-Grède. C'est donc animé d'un grand esprit libertaire que François Nyfeler a demandé hier soir à la commission de l'économie et du tourisme de Saint-Imier d'étudier le retrait de la commune de l'association du Parc régional Chasseral. Une petite bombe que le conseiller municipal Pierre Jeanneret s'est empressé de désamorcer, rappelant à l'élu que la Combe-Grède n'était pas Chasseral et que le parc avait beaucoup ?uvré pour permettre aux humains d'y déambuler pour y observer la vie sauvage.

Avant cet incident, le Conseil de ville s'est plongé dans «l'univers carcéral» des chiffres, à l'appui d'un crédit de remplacement des conduites d'eau, de gaz, d'électricité et de téléréseau de la route cantonale, entre le pont de Sébastopol et l'hôtel d'Erguël. Cornelio Fontana (PRD) a obtenu que la commune puisse inclure la réfection des bordures des trottoirs dans le paquet qu'elle a ficelé avec le canton.

Finalement, les élus ont arrondi la somme à 1,4 million - soit 89 000 francs de plus - pour la première étape de travaux de réfection qui se poursuivront, tronçon par tronçon, jusqu'en 2012. Le peuple se prononcera sur cette dépense à fin avril.

Toujours dans les chiffres, Pierre-Yves Baumann a tenté de contester les montants proposés pour adapter la tarification de l'électricité à un marché libéralisé. L'élu de Force citoyenne a été finalement bien seul à vouloir réduire le crédit additionnel demandé à cet effet de 150 000 à 90 000 francs, arguant que les coûts du processus «allaient trop loin». Le maire, Stéphane Boillat, lui a rétorqué que les Service techniques imériens, qui ont déjà réalisé un travail considérable pour s'adapter à cette nouvelle donne, «avaient maintenant besoin de spécialistes». Les radicaux ont voté ce crédit sans enthousiasme. «Vous remplacez un système de distribution simple par un autre plus compliqué et plus cher», a rappelé Cornelio Fontana. Et Walter von Kaenel (PRD) de lancer un vibrant plaidoyer pour le fournisseur actuel, la société de La Goule, fidèle depuis 1893. «Pensez-y si vous devez changer de fournisseur», a-t-il tonné.

Le Conseil de ville a enfin navigué dans des eaux plus calmes en votant 670 000 francs pour la réfection de conduites à l'ouest de la rue Paul-Charmillot. Des travaux unanimement jugés nécessaires. / phc

Votre publicité ici avec IMPACT_medias