Sérénité après les tourments

Après les tourments qui ont frappé l'été dernier les colonies de vacances de Tavannes à Vercorin, l'équipe de moniteurs, galvanisée par le retour de l'ancien directeur Jean Maraldi, repartira à l'aventure, mais cette fois dans les Grisons. La confiance est à nouveau au rendez-vous.

04 nov. 2010, 12:11

La grande peur dans la montagne a été stigmatisée, l'été dernier aux colonies de Tavannes de Vercorin, par des actes de nature sexuelle de la part d'un garçonnet sur des camarades. Un comportement qui avait nécessité l'intervention des autorités des mineurs.

La protection psychologique des enfants en cause a été activée avec le plus grand ménagement, mais l'éboulement médiatique des événements a ébranlé la confiance qui règne depuis des décennies sur la colo. Les moniteurs, qui ont dû gérer la crise sans la banaliser, ont voulu baisser les bras après avoir mené le camp sans heurt jusqu'à son terme. Pas pour longtemps.

«Il n'était pas question de laisser tomber les colonies, ce fleuron de la vallée de Tavannes», explique Jean Maraldi, qui a dirigé les colonies de 2002 à 2009 et qui a repris spontanément du service. Il explique alors qu'il flottait sur cette édition de 2010 comme un relent de poisse, à commencer par le «burn out» du nouveau directeur Julian Sauvain après deux jours. «Je suis monté le remplacer quelques jours pour rétablir la structure du camp et épauler Guillaume Santoni, moniteur, qui a dû s'improviser directeur.»

Et puis les événements, l'évaluation de la gravité des gestes commis, le désarroi du gamin qui n'avait pas conscience de cette gravité. «Il était perdu. Aujourd'hui, cet enfant est encadré. Il a besoin d'aide, mais évidemment, il reste la proie des camarades et de certains parents», soupire Jean Maraldi, en précisant qu'il est impossible d'éviter totalement de tels problèmes ou même un accident. «Il est vrai que quand on parle de colonie, on est plus méfiant qu'avant. Le pire aurait été le silence. La rumeur fait plus de dégâts que la transparence.»

Le directeur a toujours intégré ce qu'il appelle «le partage du dimanche», une sorte de dynamique de groupe où les enfants discutent de thèmes de réflexion. Individuellement, ils peuvent s'adresser à n'importe quel moniteur ou monitrice, cuisinier ou cuisinière en cas de soucis. «L'équipe dont je dispose actuellement, puisqu'elle s'est réinscrite en moins de deux jours à l'annonce de mon retour, a une très grande présence auprès des gamins», se réjouit aujourd'hui Jean Maraldi. L'été prochain, entre 125 et 128 enfants prendront le chemin non plus de Vercorin, mais de San Bernardino, dans les Grisons. Les 13 moniteurs auront aussi quatre aides d'appoint, mais sans responsabilité. Les inscriptions commenceront en février.

Quant aux activités à thèmes qui font l'attraction des colonies de Tavannes, elles cartonneront en 2011. Il sera question d'un «espion qui venait du froid», avec mallette mystérieuse, gardes et défense territoriale. «Tous les jours, il va se passer quelque chose», promet l'animateur. L'imaginaire et le jeu de rôle sont donc de retour en même temps que la confiance. /YAD

www.cvt.ch