Quatorze candidats se disputeront la 42e Médaille d'or de la chanson

La 42e édition de la Médaille d'or de la chanson aura lieu le samedi 26 avril à la halle-cantine de Saignelégier. Quatorze candidats de France, de Suisse et de Belgique ont été retenus parmi les 80 inscriptions parvenues au comité d'organisation. Les festivités débuteront le vendredi soir par une grande jam au café du Soleil. Toujours plus fort. Au fil des éditions, la Médaille d'or de la chanson ne cesse de se profiler comme une des scènes incontournables des concours musicaux francophones. Preuve en est que pas moins de 80 artistes en devenir (41 en 2007) se sont inscrits dans l'espoir de monter le samedi 26 avril sur la scène de la halle-cantine de Saignelégier.

13 avr. 2008, 12:00

«C'est plus qu'un record», explique Clovis Brahier, du comité d'organisation. «Cette participation s'explique aussi par le fait que les conditions d'hébergement, de défraiement et la publicité se sont nettement améliorées». Après une difficile présélection, les organisateurs ont fini par retenir 14 d'entre eux, qui présenteront trois morceaux l'après-midi dans l'espoir de faire partie des six finalistes qui se disputeront dans la soirée la tant convoitée Médaille d'or.

Nouveauté cette année, certains candidats et membres du jury, composé de cinq professionnels de la musique, dont Laurent Steulet, lauréat de l'année dernière avec son compère Manu Kummer de L'Homme Hareng nu, passeront la nuit chez l'habitant. L'occasion de participer à une grande jam session au café du Soleil le vendredi soir, à laquelle les jeunes talents de la région sont invités à se joindre. Autre innovation: la finale de samedi se terminera par un concert présenté par d'autres jeunes qui montent, à savoir les musiciens de Ska Nerfs.

Cette année, les chanteurs proviennent de France (12), de Belgique et de Suisse. Un seul représentant de notre pays s'est donc qualifié (ils étaient 16 au départ, dont sept ou huit régionaux): le Prévôtois Pierre-Yves Theurillat (L'Escouade), ancien chanteur de Galaad. Si ce faible nombre s'explique par la qualité exceptionnelle des chanteurs en lice cette année, Clovis Brahier relève aussi que «cela provient peut-être du manque de structures au niveau cantonal pour la musique».

Outre les différents prix et scènes offerts aux candidats, le comité d'organisation permettra à l'un d'entre eux de participer à un «stage répertoire» de cinq jours, avec un concert à la clé. Ce dernier aura lieu en janvier au Soleil en compagnie d'un professionnel de Voix du Sud, le Centre des écritures de la chanson cher à Francis Cabrel. Et au vu de la fructueuse collaboration entamée avec ce dernier, la qualité devrait encore monter d'un cran l'an prochain. Mais ça, c'est encore de la musique d'avenir... / MMO