Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Plus d'écologie, moins de nuisances

Le Groupe de vol à voile créera cette année des bandes d'élan et recevra un nouveau remorqueur Toujours dans la mouvance, le Groupe de vol à voile de Courtelary et son colocataire sur l'aérodrome du chef-lieu, le Segelfluggruppe de Bienne, se sont rendu compte que, depuis une vingtaine d'années, les dimensions des planeurs modernes ne cessent de grandir dans des proportions considérables.

23 avr. 2006, 12:00

Les lois de la physique étant ce qu'elles sont, la mise en mouvement de ces oiseaux gracieux - des «plumes» de 18 à 25 m mais pouvant excéder 800 kilos - nécessite une force de traction considérable durant les premiers mètres. Et un sol herbeux, surtout s'il est gras et mouillé, diminue considérablement les capacités d'accélération du tandem remorqueur - planeur. Corollaire, la distance d'envol est longue et le survol du bout de piste puis du village (Cortébert ou Courtelary selon la direction du décollage) se fait à basse altitude et la sécurité est moins grande qu'elle ne pourrait être. En outre, un remorqueur en pleine traction étant bruyant, les riverains peuvent s'en trouver incommodés durant les week-ends de forte activité.

«Tout cela appartiendra bientôt au passé», se réjouit Michel Ruchonnet, passionné de ce sport et membre assidu du GVVC, puisque des bandes d'élan en dur seront construites aux deux extrémités de la piste, afin de permettre des décollages beaucoup plus rapides et par conséquent plus courts. Les bandes d'élan, en gravier et béton bitumineux, auront une longueur de 170 m chacune et une largeur de 5 m à peine.

«Cela dit, les places d'aviation sont désormais soumises à compensation écologique lorsqu'elles envisagent des agrandissements ou améliorations et nous n'y coupons pas», note Michel Ruchonnet. Des compensations écologiques? Côté Courtelary, des plantations d'érables en zone naturelle, notamment sur l'endroit, joueront un rôle de coupe-vent. A Cortébert, c'est en milieu habité que des plantations seront faites. Une affaire qui au final ne fera que des heureux, ce d'autant plus que l'un des deux remorqueurs Robin cédera bientôt la place à un nouvel appareil de type Ecolyght marchant à l'essence sans plomb et silencieux comme un moucheron.

Que du bonheur! / bdr-réd

Votre publicité ici avec IMPACT_medias