Votre publicité ici avec IMPACT_medias

«Pionnier et novateur»

Il a fallu l'après-midi complet pour refondre les structures d'enseignement. Pour le plus grand bonheur d'Elisabeth Baume-Schneider Le Parlement a procédé hier à une refonte des structures d'enseignement. L'ensemble des écoles et filières de la formation gymnasiale et professionnelle seront chapeautées par un Centre jurassien d'enseignement et de formation (Cejef).

27 avr. 2006, 12:00

A ce jour, aucun autre canton n'a fédéré au sein d'un même établissement toutes les filières de formation postscolaires du lycée à l'Ecole d'horlogerie et de microtechnique. La création du Cejef constitue l'élément le plus novateur de cette loi sur l'organisation de l'enseignement et de la formation des niveaux secondaire II et tertiaire, adoptée en première lecture par 31 voix contre onze.

Directeur général

Le Cejef comprendra cinq divisions: gymnasiale, commerciale, technique, artisanale et santé-social-arts. Il sera rattaché à un département créé dans la foulée de cette réforme, celui de la Formation, de la Culture et des Sports. Les dossiers relevant de l'enseignement sont encore répartis dans quatre départements. Le Jura était l'un des derniers cantons à n'avoir pas opéré cette concentration. Cette structure aura à sa tête un directeur général autonome, avec des compétences de chef de service. Une très forte minorité a défendu le rattachement du Cejef au Service de la formation des niveaux secondaire II et tertiaire, et non au département, pour éviter la présence de deux chefs placés sur un même niveau hiérarchique.

Ce nouvel organe devrait permettre un décloisonnement de la formation. Un étudiant ou un apprenti en fin de scolarité pourra plus facilement changer de formation. Cette réforme devrait déployer ses effets à la rentrée 2007.

Pour le Gouvernement, cette nouvelle architecture de la formation va permettre de créer un système d'enseignement plus cohérent et dynamique. «Le Jura pourra se profiler en tant que canton pionnier et novateur», a ainsi estimé la ministre de l'Education, Elisabeth Baume-Schneider, fière également de pouvoir annoncer que cette réforme allait déboucher sur une économie de 60.000 francs pour l'Etat.

Les députés ont mis près de quatre heures à «éplucher» la septantaine d'articles de la nouvelle loi. L'après-midi fut long et fastidieux. La commission de l'éducation et de la formation ayant effectué son (bon) travail certaines fois au pas de charge, cela n'a pas plu à tous les élus. «Le Gouvernement a mis la pression», a-t-on entendu plusieurs fois à l'Hôtel du Parlement.

Les débats, très techniques, ont principalement opposé le PLR aux autres partis. Les députés CS +POP ne se sont pas gênés non plus pour manifester leur désaccord. Au point que Jean-François Roth s'est légèrement emporté: «La discussion tourne au ridicule», a maugréé le ministre de l'Economie, qui avait prévenu au préalable: «Ce processus de réforme prendra forme sur une dizaine d'années.»

Le matin, le Parlement avait adopté en deuxième lecture la loi «Un seul Jura». Le texte confie à l'Assemblée interjurassienne (AIJ) le mandat de réaliser une étude sur un nouveau canton, formé du Jura et du Jura bernois. L'affaire a été expédiée en quelques minutes. Le coup d'envoi des études sur l'avenir institutionnel de la région est prévu le 28 août. Les résultats sont attendus pour le second semestre 2008. / GST-ats

Votre publicité ici avec IMPACT_medias