Votre publicité ici avec IMPACT_medias

On ne se bouscule pas au cours destiné aux enfants en surpoids

Le canton propose dès début mai un cours pour les enfants en surpoids. But de l'opération: réveiller le plaisir des plus petits à exercer une activité physique. Dix écoles du canton, dont celle de Tramelan, participent au projet. Mais on ne se bouscule pas au portillon.

04 avr. 2009, 08:15

Le nombre d'enfants et d'adolescents en surpoids ne cesse de croître en Suisse. Et le canton de Berne ne veut pas rester les bras croisés face à ce problème. L'Office de la sécurité civile, du sport et des affaires militaires (OSSM) a donc lancé le projet HIPFIT, destiné à encourager les écoliers bernois en surcharge pondérale à exercer une activité physique. Il propose un cours hebdomadaire de 75 minutes, dès début mai, dans dix écoles cantonales, dont Tramelan pour la partie francophone.

Les inscriptions peinent à entrer. Sur les dix lieux retenus, seuls cinq pour l'instant comptent suffisamment d'enfants pour démarrer le cours. A Tramelan, les professeurs ont distribué des flyers de l'OSSM aux parents. Seuls deux enfants sont inscrits, le délai est fixé au vendredi 10 avril.

«C'est un sujet plutôt délicat. Le message est difficile à faire passer auprès des parents. Je compte aussi sur le soutien des médecins et des professeurs pour encourager les parents à inscrire leur progéniture», indique Martin Friedli, responsable du projet à l'OSSM. «Les cours auront lieu seulement si un minimum de cinq enfants sont annoncés. Les têtes blondes de poids normal mais peu actifs et souffrant de déficits de coordination peuvent également y participer», ajoute le responsable de l'OSSM.

Le programme est réservé aux enfants des trois premiers niveaux primaires, soit ceux qui sont nés entre le 1er mai 1999 et le 30 avril 2002. Les cours seront placés sous la direction de moniteurs de sport disposant d'une formation spécifique, qui donneront également de précieux conseils aux enfants et aux parents. Ils mettront l'accent sur la motricité et la coordination des mouvements. Des modules de nutrition, auxquels seront aussi associés les parents, compléteront l'offre.

Le but de ce programme est avant tout de réveiller le plaisir de l'enfant à exercer une activité physique. Les cours devraient durer deux semestres. Si la demande l'exige, l'expérience pourrait se poursuivre avec la collaboration de la Haute Ecole pédagogique germanophone de Berne. /MPR

Votre publicité ici avec IMPACT_medias