Mystère des explosifs résolu

23 janv. 2010, 08:05

Le mystère des résidus d'explosifs découverts dans le lac de Bienne est résolu. Ils proviennent des eaux usées d'entreprises implantées dans la région de Thoune (BE). Charriés par l'Aar, ils ne présentent aucun danger pour l'être humain et l'environnement.

Lors d'analyses effectuées entre 2006 et 2008 sur des échantillons prélevés dans les eaux bernoises, le Laboratoire de la protection des eaux et du sol a constaté que le lac de Bienne présentait les concentrations de résidus d'explosifs les plus fortes de tous les lacs bernois. L'eau restait malgré tout potable.

Ce constat a provoqué la perplexité des experts et des autorités: contrairement aux lacs de Thoune ou de Brienz, l'armée suisse n'a jamais déversé de munitions dans celui de Bienne. Aucune trace de résidus d'explosifs non plus n'a été relevée dans les lacs de Neuchâtel et de Morat (FR).

Les dernières analyses ont montré que ces résidus provenaient des eaux usées d'entreprises d'armement et de traitement d'explosifs de la région de Thoune, a annoncé hier le canton de Berne. Sur le plan toxicologique, les concentrations mesurées dans l'Aar et dans le lac de Bienne ne présentent aucun risque, assurent les autorités.

Des mesures ont déjà été imposées aux entreprises concernées pour qu'elles réduisent les quantités de résidus d'explosifs immergées. Grâce à ces directives, les quantités mesurées en octobre dans le lac de Bienne étaient inférieures d'environ 80% aux valeurs trouvées un an auparavant.

Au cours de cette année, l'Office cantonal bernois des eaux et des déchets analysera régulièrement des échantillons prélevés dans le canal de Hagneck où coule l'Aar, dans le lac de Bienne et dans un captage d'eau potable à Thoune à la recherche de résidus d'explosifs. /ats

Mystère des explosifs résolu