Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Les Nounours désormais propriétaires

14 avr. 2007, 12:00

C'était tout sauf un poisson! Le 1er avril dernier, la crèche-garderie Les Nounours du Noirmont est devenue propriétaire de la maison qu'elle occupe depuis septembre 2004, à la rue de la Rauracie No 50.

C'est l'aboutissement d'un long combat pour les responsables (féminines) des Nounours. Depuis plusieurs mois, elles étaient en négociation avec les propriétaires de l'habitation. «Vu que nous étions locataires, nous avions la priorité» analyse la présidente Nathalie Jeanneret. «Reste qu'il a tout de même fallu quelque peu jouer des coudes. Si les pourparlers avaient échoué, nous aurions dû déménager. C'eût été vraiment dommage, car l'endroit est vraiment chouette. Pour les enfants et pour le personnel qualifié qui les entoure.»

Inévitablement, c'est la question du financement qui a causé le plus de soucis. «C'est que nous ne disposions d'aucun fonds propre», ajoute la présidente. Le pas le plus important a été franchi lors de la dernière assemblée communale, quand le souverain a donné son accord pour un cautionnement de 150 000 francs. «Que les gens comprennent», insiste Nathalie Jeanneret. «Il ne s'agit nullement d'un don, mais bel et bien d'une garantie des autorités.»

Du coup, les banques se sont montrées nettement plus avenantes. Le prix de vente s'est situé à concurrence de 460 000 francs. Mais le prêt accordé est nettement supérieur à cette somme. Les raisons?

Nathalie Jeanneret: «D'accord, le nouveau loyer a légèrement augmenté par rapport au précédent, mais nous sommes chez nous! Et puis, si nous avons emprunté plus d'argent que le prix de vente de la maison, c'est parce que d'importants travaux vont être effectués ces prochains mois.»

Dans un premier temps, les sanitaires seront adaptés, dans le but de renforcer au maximum la sécurité des enfants, dont le nombre varie entre 37 et 42 en fonction des jours. «Malgré nos formidables conditions d'accueil, la direction refuse toujours des admissions», déplore la présidente. Ensuite, il s'agira de changer la vieille chaudière et de remplacer toutes les fenêtres.

Le début de ces améliorations est prévu pour cet été, en période de vacances. «Pendant un mois, on va driller les artisans», plaisante Nathalie Jeanneret. «On sera derrière eux. Il n'est pas envisageable d'entreprendre quoi que ce soit en présence des enfants. On sait pourquoi on s'est battu, mais cela en valait la peine!»

Oui, des dames de poigne, que celles des Nounours! / gst

Votre publicité ici avec IMPACT_medias