Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Le nombre de pauvres augmente

07 déc. 2010, 04:15

Le nombre de personnes touchées par la pauvreté dans le canton de Berne ne cesse d'augmenter. Ce phénomène concernait près de 100 000 personnes en 2008. Pour les autorités, une intégration durable sur le marché du travail permet d'éviter la précarité. Le taux des personnes pauvres ou menacées de pauvreté a passé de 10,8% à 12,5% de la population en sept ans (2001-2008), révèle un rapport sur ce thème dévoilé hier. Le nombre des personnes vivant dans la précarité augmente donc même lorsque la conjoncture économique s'améliore.

Pour le président du Conseil-exécutif Philippe Perrenoud, la pauvreté n'est donc pas une conséquence des phases de mauvaise conjoncture économique. Ce phénomène qui touche toujours plus de Bernois est donc aussi un problème structurel. Une personne dont le revenu annuel est inférieur à 23 084 francs est considérée comme pauvre et celle dont le revenu annuel est inférieur à 27 700 francs est menacée de pauvreté. Ces montants correspondent au revenu dont dispose un ménage d'une personne pour couvrir ses besoins, y compris logement et assurance maladie.

En 2008, pas moins de 57 000 ménages pour un total de 97 000 personnes étaient pauvres ou proches du seuil de pauvreté. Les 18-25 ans sont surreprésentés parmi ceux faisant appel à l'aide sociale. Le rapport note qu'il ne s'agit pas de jeunes peu enclins au travail puisque 22% d'entre eux ont une activité professionnelle et 27% suivent une formation. La détérioration de la situation des couches les plus défavorisées de la population s'explique par leur grande difficulté à s'insérer sur le marché du travail, souligne le rapport. A cela s'ajoute que la pauvreté n'est pas un phénomène de courte durée. En moyenne, on reste pauvre pendant quatre ans.

Pour le gouvernement, plus une personne reste longtemps en situation précaire, moins elle a de chances de voir sa situation financière s'améliorer. Une condition pour éviter de sombrer dans la pauvreté est de rester intégré sur le marché du travail et de disposer ainsi d'un revenu. Le canton va élaborer un plan de lutte d'ici 2012. Il s'agira notamment d'envisager l'accompagnement des adolescents après leur formation jusqu'au moment où ils trouvent une solution professionnelle. /ats

Votre publicité ici avec IMPACT_medias