Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Le mariage finit en calvaire

Le jeune Kurde irakien qui a demandé en mariage deux jeunes filles de la région avant de parvenir à ses fins avec la seconde ne cherchait-il qu?à trouver un moyen pour s?établir définitivement en Suisse?

05 sept. 2007, 12:00

Si tel est bien le cas, il a choisi le pire des moyens pour faire durer son rêve, puisqu?il s?est retrouvé hier devant le Tribunal pénal de Moutier, sous la prévention d?avoir violé son épouse à trois reprises au moins...

L?histoire débute lorsque le prévenu courtise une première jeune fille légèrement handicapée. Au bout d?un certain temps, il demande à l?épouser. Le tuteur de la plaignante ne veut pas en entendre parler. Malgré ça, la liaison dure encore un certain temps, avant que la jeune fille n?appelle son père à l?aide. Et là, les débats ont révélé que la plaignante se plaignait de la violence de son ami.

La seconde victime du prévenu est une jeune fille souffrant de problèmes de poids et qui a cru vivre un conte de fée lorsque l?homme s?est intéressé à elle. Rapidement, le prévenu la demande en mariage, et le couple convole en dépit des mises en garde de la première plaignante.

Dans l?intimité, a affirmé hier son épouse, le prévenu frappe et passe à l?acte. Ce qui conduit, trois mois après le mariage, à une première séparation, suivie d?une reprise de la vie commune, jusqu?au dépôt d?une plainte pénale. Les sept témoins entendus hier, à l?exception d?un agent de police, ne sont que des proches de la plaignante qui relaient les propos qu?elle leur a tenus.

Le prévenu nie tout en bloc en affirmant vouloir respecter les lois de l?islam dans son propre foyer. Soit un code de vie qui lui donne tous les droits sur son épouse. Les juges trancheront. /ddu

Votre publicité ici avec IMPACT_medias