Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Le Jura se méfie de la Confédération

10 mai 2008, 12:00

C'est le scoop du siècle: la délégation jurassienne à la Loterie romande (Loro) appelle les Jurassiens à signer l'initiative fédérale «Pour des jeux d'argent au service du bien commun». Il ne fait aucun doute que les 100 000 signatures nécessaires seront largement dépassées, bien avant l'expiration du délai imparti (22 octobre 2009). Certes, cette démarche populaire n'est pas directement l'?uvre de la Loro mais, comme le président de la Loterie romande, l'ancien ministre Jean-Pierre Beuret, est un des coprésidents du comité d'initiative, on aura tout compris avant de gratter.

Pour Sigismond Jacquod, président de la délégation, et Jacques Bloque, représentant jurassien au sein du conseil d'administration de la Loro, le danger menace. Lequel exactement? De voir la Confédération gérer les bénéfices des deux grandes loteries nationales (Loro et son penchant alémanique Swisslos), «boulot» qui incombe aux cantons depuis les années 1920. La Berne fédérale avait retiré un projet qui allait dans ce sens il y a quelque cinq ans. Alors?

«L'épée de Damoclès est toujours présente», soutient Jacques Bloque. «La Confédération souhaite «nationaliser» le secteur des loteries, réduire leur impact. Elle veut leur faire subir le même règlement qui régit les maisons de jeux. Les casinos versent une grande partie de leur bénéfice à l'AVS. Il n'y a qu'à voir. L'Office fédérale de la justice recourt systématiquement contre les nouvelles loteries électroniques. On veut que soit inscrit dans la Constitution le fait que les jeux d'argent doivent être d'utilité publique. L'initiative n'est surtout pas dirigée contre les casinos.» Surtout pas. Mais contre la Confédération et ses velléités, oui!

Derrière tout ça, on trouve évidemment une affaire de gros sous. Depuis la création du canton du Jura en 1979, celui-ci a bénéficié d'une manne de 73,9 millions de francs de la part de la Loro. C'est la culture qui s'est taillé la part belle du gâteau (un peu moins de 50%). A partir de 2003, la Loterie romande verse de l'argent aux sociétés sportives: plus de 4 millions depuis cette année-là.

On va y aller gentiment: en 2006, la part des bénéfices de la Loro qui est revenue au canton était de 7,2 millions. Pour 2007, tous les chiffres ne sont pas encore connus. Mais l'enveloppe devrait tourner autour des 6,5 millions. La Loro gagne moins de tune, c'est tout. En une année, son bénéfice est passé de 190 à 183 millions. L'Euro Millions ne tire plus. Et si d'aventure le Tribunal fédéral administratif venait à interdire les Tactilo dans les établissements publics, la Loterie romande verrait son bénéfice dégringoler de 30%. Sur le dos de «l'utilité publique...» / gst

Votre publicité ici avec IMPACT_medias