Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Le défi de fabriquer soi-même un robot pour trier les déchets

Le club de robotique «e-robot» de Saint-Imier participera les 11 et 12 mai prochain au concours national d'Yverdon-les-Bains. Avec des ambitions relativisées en raison du niveau élevé de la concurrence et de la difficulté du cahier des charges. Comme ses concurrents, leur robot maison est spécialisé dans le tri des déchets. Ils sont une dizaine de membres actifs, sur la vingtaine inscrits au club imérien de robotique, à se retrouver chaque dimanche dans les anciens locaux des services techniques de la localité. En majorité issus de la HE-Arc de Saint-Imier ou du Locle, les participants au club proviennent de diverses filières mécanique, électronique et informatique. Cependant, chacun d'entre eux est appelé à toucher un peu de tous les domaines. Y compris aux tâches administratives.

09 avr. 2007, 12:00

Pour présenter leur robot à Yverdon-les-Bains, ces passionnés ont eu besoin de soutien financier. Il s'agit de rassembler quelque 2500 francs pour fabriquer leur engin et concourir. Mais, dans les faits, les membres du club ont aussi fait preuve d'une volonté d'économie en récupérant divers éléments techniques, comme le moteur ou les roues,. Ce qui diminue d'autant la facture finale.

Parmi les sponsors, le club peut compter financièrement sur la HE-Arc, mais aussi sur la commune, qui met gracieusement à disposition les anciens locaux des services techniques. Diverses entreprises de la région soutiennent aussi le projet, soit directement, soit par la mise à disposition de matériel.

Le club imérien reste l'un des rares clubs à rester autonome dans la compétition. Il n'est en effet pas rattaché à une grande école comme c'est le cas pour les «grandes équipes» qui trustent les premières places. Comme le souligne Danillo Roth, l'un des membres du club, le fait de prendre part à ces différents aspects du projet permet aux membres du club d'acquérir une bonne expérience, mais le principal moteur qui anime «e-robot» reste la passion.

A ce stade de la préparation de leur robot, Danillo Roth et son collègue Baher Rais avouent avoir pris un peu de retard en partant sur un bras muni d'une ventouse qui s'est révélé, après un mois de travail, être une mauvaise option. Il a fallu revoir ses plans pour être prêt à temps. L'équipe reste confiante, même si, pour cette quatrième édition du concours suisse de robotique, le défi est de taille. Selon Danillo Roth, le cahier des charges de cette année, que chaque concurrent reçoit en novembre, ne laisse aucune chance de victoire. Même si les Imériens se sont toujours bien comportés dans ces joutes.

Comme tous ses concurrents, le robot imérien devra être capable de trier des déchets en les ramassant sur la surface de jeu et en les mettant dans la poubelle appropriée, en respectant l'activité des autres robots. Le fair-play existe aussi dans ce genre de rencontres! /caz

Votre publicité ici avec IMPACT_medias