Votre publicité ici avec IMPACT_medias

La plus belle de toutes les désalpes

La 19e désalpe du Boéchet a battu tous les records d'affluence. Les organisateurs hésitent entre 4000 et 5000 personnes. Peu importe, du moment que la fête fut extraordinaire. L'hôte d'honneur, le Jura bernois et son folklore, y est certainement pour beaucoup. Les rappeurs diront que c'est grâce au temps. N'empêche. Il y a incontestablement de la place pour une désalpe dans la région. Et comment! Après l'abandon tout frais de celle de Villeret par manque de bras, ne reste plus que celle du Boéchet. Et celle-ci est bien vivante. Samedi, la 19e édition a rassemblé entre 4000 et 5000 spectateurs, les organisateurs ayant constaté que le parking était plein. Du jamais vu.

08 oct. 2007, 12:00

Président du comité d'organisation, Willy Perret-Gentil grimpait aux rideaux. «Super. Extraordinaire. Une ambiance du tonnerre. Il y avait du monde tout partout.» On est obligé de l'arrêter, par manque de place. Mais qu'est-ce qui fait ainsi courir les curieux en direction du Boéchet? Le boss, fier comme un premier communiant: «Le marché artisanal, le parc zoologique, le folklore, c'est un tout. Les gens adorent venir voir ces veaux, ces poules, en fait l'ensemble de ces petites bestioles qui font le monde agricole.»

Hôte d'honneur de ce 19e désalpe du Boéchet, le Jura bernois a certainement drainé un maximum de monde. «Pourquoi aller chercher si loin ce que nous avons devant notre porte?», questionnait vendredi, au moment du montage des cantines, le président d'organisation. Bingo! Les vieux tracteurs de Villeret, les accordéonistes de Tramelan, les sonneurs de cloches d'Erguël ont fait l'unanimité. Jamais le bal des Aidjolats n'a rassemblé autant de jeunes.

En route pour la 20e, alors? «Autour de moi, on ne parle que de ça! Mais la décision appartient aux 35 agriculteurs qui forment la deuxième section des Bois.»

C'est vu, président! /GST

Votre publicité ici avec IMPACT_medias