La bourgeoisie veut réaliser une nouvelle éolienne

Juvent SA veut construire une nouvelle éolienne à Mont-Soleil, et vient d'obtenir la promesse de l'octroi d'un droit de superficie pour arriver à ses fins dès 2010. La bourgeoisie imérienne, propriétaire du terrain retenu, a pu se faire entendre pour préserver ses activités d'exploitation de son patrimoine forestier. En matière de soutien aux énergies renouvelables, la bourgeoisie de Saint-Imier est comblée. Ses terrains accueillent déjà une centrale solaire et une grande éolienne, et cette dernière pourra compter sur une petite s?ur dès 2010. Cela grâce à un droit de superficie octroyé par les membres de la commune bourgeoise, pour un site situé non loin du grand mât existant et pour le compte de la société Juvent.

02 avr. 2008, 12:00

Si la bourgeoisie imérienne soutient l'énergie éolienne et les atouts touristiques qui en découlent, elle ne se prive cependant pas de faire entendre sa voix. «Nous avons ainsi pu faire déplacer le projet de Juvent pour le rapprocher des installations déjà existantes à Mont-Soleil», a expliqué hier Jean-Jacques Terraz, le président de la commune bourgeoise. «Nous ne voulons pas que l'afflux des promeneurs venus voir ces mâts ne pénalise l'utilisation de nos terrains.»

Jean-Jacques Terraz a notamment fait allusion au bétail en estivage. Mais les membres de la bourgeoisie ont davantage parlé du prix de location qu'ils demanderont à Juvent une fois que ce droit de superficie sera dûment consigné. La société, qui possède déjà huit mâts sur les crêtes de Mont-Crosin - Mont-Soleil, n'échappera pas à une procédure de mise à l'enquête pour son neuvième rotor.» L'octroi du droit de superficie lui était cependant nécessaire pour passer commande», a encore précisé Jean-Jacques Terraz.

Juvent SA, sans détenir le monopole de l'énergie éolienne dans sa région, entend construire d'ici trois ans huit mâts de plus sur son site des hauts de Saint-Imier. Cela pour contribuer à atteindre les objectifs de la politique fédérale de promotion des énergies renouvelables et faire face aux défis de demain. Une étude d'impact sur le paysage, rendue publique l'an dernier, indique de plus que l'environnement de ces crêtes pourrait être encore préservé avec une vingtaine d'éoliennes supplémentaires. / PHC