Votre publicité ici avec IMPACT_medias

L'îlot des Fontenayes vaut bien un passage

Minivent de rébellion contre le canton, hier soir au Conseil de ville de Saint-Imier, à propos de la sécurité déficiente au carrefour des Fontenayes, à l'ouest de la localité. Le radical John Buchs a demandé en effet de marquer un passage pour piétons à cet endroit, malgré l'opposition du canton. John Buchs n'a pas envie de laisser «les technocrates de Berne» dicter à sa commune de Saint-Imier ce qu'elle doit faire la sécurité de ses habitants. L'élu radical a ainsi tempêté une nouvelle fois hier soir à propos du carrefour des Fontenayes, à l'ouest de la localité. La traversée de la route cantonale, au sud du Centre de formation des professions de la santé (Cefops) est en effet périlleuse, cela en dépit de la présence d'un îlot ralentisseur de la circulation.

25 avr. 2008, 12:00

L'élu a déploré une fois de plus l'absence d'un vrai passage pour piétons à cet endroit. Il s'est même posté hier entre 16h15 et 16h25 pour une vision locale, constatant que «huit piétons avec poussettes essayaient de traverser», chose périlleuse vu le trafic à ce moment-là. Et de demander à la commune de «désobéir, en prenant un peu de peinture jaune et en marquant elle-même cette traversée.»

Le conseiller municipal Raymond Glück n'est cependant pas partisan de ces actes de rébellion contre un canton qui s'est déjà opposé à ce passage pour piétons. «Nous allons entamer un partenariat avec les Ponts et chaussées pour la réfection de la route cantonale, et nous ne manquerons pas de retaper sur le clou à ce sujet», a-t-il indiqué. «Faites-le avec une masse», a riposté John Buchs, peu satisfait de la réponse.

«Un de ces jours, je m'en vais aller marquer ce passage avec quelques copains», a claironné encore l'élu radical en sortant de la salle de délibérations. / PHC

Votre publicité ici avec IMPACT_medias