Jura bernois: entreprises confiantes malgré le vote du 9 février

Les entreprises du Jura bernois restent confiantes pour leurs activités, malgré les incertitudes engendrées par l'acceptation de l'initiative contre l'immigration de masse.
07 août 2015, 13:34
L'instauration d'un salaire minimum attise, en revanche, les craintes du secteur de la sous-traitance.

Le baromètre pour le deuxième trimestre 2014 dessine une année 2014 positive pour l'ensemble du système de production de l'Arc jurassien. La région est toujours entraînée par le dynamisme du secteur horloger, relève la CEP.

Une nette majorité des sociétés sondées prévoient de maintenir ou d'augmenter leur volume d'affaires.

Les diminutions prévues sont uniquement à attribuer à des problèmes particuliers qui ne sont pas liés à des questions conjoncturelles, selon le baromètre industriel de la Chambre d'économie publique du Jura bernois (CEP) publié mercredi.

Les entreprises estiment, par ailleurs, à une courte majorité qu'un salaire minimum à 4000 francs pourrait engendrer une série de conséquences négatives pour leurs activités en affectant leur compétitivité.

Les évaluations des acteurs industriels régionaux sont, du reste, très variées. Les entreprises qui ont adhéré à une convention collective de travail (CCT) comme celle de l'horlogerie ne craignent par exemple pas les conséquences d'une acceptation de l'initiative.

L'instauration d'un salaire minimum attise, en revanche, les craintes du secteur de la sous-traitance, domaine soumis à une forte concurrence et où les marges sont très faibles.