Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Jetons de présence pour les employés

Un employé communal imérien faisant des heures supplémentaires aura droit à un défraiement par jetons de présence, dès le 1er octobre prochain. Le Conseil de ville de Saint-Imier a modifié hier soir le règlement du statut du personnel communal en ce sens, «avec la bénédiction de la représentation des employés».

07 sept. 2007, 12:00

Si les radicaux, l'Alliance jurassienne et les socialistes ont appuyé cette nouvelle disposition, Pierre-Yves Baumann (Force citoyenne) a trouvé la commission des employés «plutôt conciliante» dans les négociations qu'elle a menées avec le Conseil municipal. L'élu l'a donc refusée en disant se soucier de la santé des employés communaux.

La décision du Conseil de ville sonne le glas de la compensation horaire du temps de séance, hors du cadre du travail habituel. Le Conseil municipal estime qu'elle va aussi faire baisser le nombre d'heures supplémentaires, payées actuellement sur une provision de 200 000 francs faite au bouclement des comptes 2006.

Les conseillers de ville ont également accepté que la commune reprenne le poste de maître de glace de la patinoire. Poste qui sera financé sur le montant de la subvention annuelle octroyée à la coopérative gérant les installations. Patrick Tanner (Alliance jurassienne) a également profité de tous ces objets touchant le personnel pour demander l'instauration d'un congé paternité d'une semaine, au lieu du jour accordé aujourd'hui. L'exécutif va étudier la proposition.

Les élus ont également nommé une commission de quatre membres chargée d'étudier la possibilité d'appuyer le Conseil municipal dans les préavis qu'il doit donner au canton dans la procédure de naturalisation. Un objet que le Conseil de ville avait déjà rejeté en septembre dernier, et qui est revenu par voie de motion radicale. «C'est la démocratie», a souligné le maire Stéphane Boillat. /phc

Votre publicité ici avec IMPACT_medias