Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Huit jeunes sur cent n'ont pas encore trouvé de place

L'apprentissage séduit toujours les jeunes du Jura bernois, et l'offre de formation est stable. En ce début juin, ils n'étaient que 7 à 9% à n'avoir pas encore trouvé de place pour le mois d'août. Une situation un peu meilleure que la moyenne cantonale. Quelque 1100 adolescents vont terminer leur scolarité obligatoire dans un mois. Les chiffres sont tout frais: entre sept et neuf jeunes sur cent n'ont pas trouvé en ce début juin de place d'apprentissage dans le Jura bernois. Cela au terme de trois ans de sensibilisation à leur avenir. La situation est certes un peu meilleure que la moyenne bernoise (10%), mais elle n'en donne pas moins du travail à l'Office de l'orientation professionnelle de Tavannes et à son directeur régional Jacques Siegenthaler.

06 juin 2008, 12:00

Le Jura bernois est mieux loti que le reste du canton, car la sensibilité formatrice de ses entreprises y est certainement plus développée, estime Jacques Siegenthaler. Les quelque 1100 adolescents qui termineront à la fin du mois leur école obligatoire ont ainsi généralement trouvé chaussure à leur pied.

Les jeunes ne trouvent parfois pas de place d'apprentissage, mais ce n'est pas faute d'essayer, relève Jacques Siegenthaler. Les statistiques ne font état que de 1% d'indécis face à leur avenir professionnel. Et les adolescents ont le temps de se préparer, puisque l'orientation professionnelle met en place une campagne de sensibilisation dès la 7e année déjà. La 8e année est consacrée au choix et la 9e à la recherche d'une place proprement dite.

La situation, en cette fin d'année scolaire, n'est guère différente de celle qui prévalait il y a douze ou 24 mois, explique encore Jacques Siegenthaler. Hormis quelques variations légitimes par corps de métier - le Jura bernois est notamment en quête de futurs employés de commerce, mécaniciens sur auto ou techniciens en informatique -, la situation générale est stable. «Les entreprises du Jura bernois, surtout en matière de mécanique et de décolletage, restent très ouvertes à la formation», se réjouit le directeur régional de l'Orientation professionnelle du Jura bernois.

Il n'en reste pas moins que quelques jeunes se trouvent encore sur le carreau une fois leur scolarité obligatoire terminée. L'Orientation professionnelle leur propose néanmoins des portes d'entrée. A savoir, une année de préparation professionnelle, le préapprentissage ou deux programmes nommés «Junior Job» et «Junior Coach». «Malgré tous nos efforts, les élèves s'y prennent parfois trop tard», regrette Jacques Siegenthaler. «Mais le dernier recours reste la dixième année scolaire, que nous proposons notamment en cas de manque de connaissances générales». / PHC

Votre publicité ici avec IMPACT_medias