Fête aussi brûlante que bruyante

02 août 2015, 18:47

Chaude jusque dans ses recoins les plus secrets la 53e Fête des saisons s'est baladée avec ardeur trois jours durant sur le chemin des réjouissances. Près de 30 000 personnes la garnissaient.

Particulière à plus d'un titre, cette 53e Fête des saisons restera certainement écrite en caractères gras dans les chroniques villageoises. Tout d'abord, et sûrement le plus incroyable de l'histoire, c'est que contrairement à la tradition personne, ni acteurs, ni public n'aura été obligé de se prendre la tête avec ce foutu parapluie. Déclaré week-end le plus chaud de l'année, c'est par plus de 30 degrés que se sont déroulées ces festivités. Un enfer pour les rôtisseurs de service.

Quant aux délires nocturnes à ce qu'on dit, ils auront été eux aussi plus enfiévrés que jamais. Un coup fumant donc pour les clopeurs qui, en grande première, n'auront eu aucune peine à se mettre à l'air pour déguster leur nouvelle loi. Un autocollant avec l'interdiction de fumer, pas de cendrier sur les tables ou cette large ouverture sur la rue, chaque cantinier avait joué le jeu correctement. Mais alors que la plupart d'entre eux se réjouissaient de la bonne tenue des clients, certains déploraient tout de même une cagnotte plus chétive que d'ordinaire, surtout lors de la première nuit. Faute à la législature, à la chaleur ou peut-être même à la crise, personne ne le saura vraiment. Seul point certain dans cette aventure 2009, c'est que 30 000 joyeux drilles n'auront pas hésité à narguer ce méchant virus nommé A/H1N1.

Inscrite sous le thème, on ne peut mieux évocateur, de «L'été en musique», la partition s'est donc jouée sur plusieurs gammes fort sympathiques. Ainsi, entre vendredi soir et hier en fin d'après-midi, sept groupes de tendances et de rythmes variés se sont partagés le podium officiel.

Une première savourée encore à sa juste valeur. Dans ce festival de décibels parfois bien musclés, la rengaine mélancolique et douce d'un orgue de Barbarie s'imposait ici et là sur la route des réjouissances. Mais ici, comme toujours, le point fort de la fête se nomme cortège. Illuminé samedi soir, il repartait pour deux tours hier après-midi. Plus de vingt chars et groupes musicaux, quelque 450 participants, dont 250 enfants le composaient. Sur son passage, des milliers de spectateurs l'applaudissaient.

A l'heure de replier son lutrin, le président d'organisation Denis Seydoux se disait heureux de cette édition 2009. «Tout le monde a mis la main à la pâte. Aucun incident majeur, ni accident sérieux n'est à déplorer. Et c'est bien là le principal.» /rmv

Fête aussi brûlante que bruyante