Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Entre musique et politique!

Discours aux Breuleux et à Saignelégier dans le cadre d'une Fête de la musique d'une belle richesse Il y avait plus de monde devant le grand écran pour suivre le Mondial que pour écouter les discours politiques, hier en cette journée du 23 juin, fête de la libération du Jura, il y a 32 ans déjà.

25 juin 2006, 12:00

Présent à Saignelégier, Pierre-André Comte se démultipliait, parlant non seulement dans le chef-lieu franc-montagnard mais s'exprimant déjà la veille à Porrentruy et en soirée aux Breuleux. C'est vrai qu'il porte la double casquette de secrétaire du MAJ (Mouvement autonomiste jurassien) et... de candidat au Gouvernement jurassien. En quelques mots, il a présenté son dernier livre intitulé «Un seul Jura, une chance unique». «On est trop petit pour rester seul», a-t-il lancé en évoquant l'expérience de la liberté partagée, un partage de souveraineté qui est désormais admis dans le Jura nord. Il demande donc aux Jurassiens de réagir pour que ce qui a été fait ne serve pas à rien, que la langue française ne disparaisse pas, que les cantons ne disparaissent pas...

Du côté des Breuleux, le chef du Bélier David Herdener, devait pourfendre «ces milieux politiques trop préoccupés à défendre leurs intérêts et leurs carrières» plutôt que de lancer des idées originales et audacieuses. En concluant qu'aucun politique à l'heure des petits-fours et des apéros conviviaux n'était enclin à ruer dans les brancards en exigeant des compétences décisionnelles, allusion au Conseil du Jura bernois.

Vincent Vallat devait prendre le relais en musique du côté des Breuleux tandis que la Fête de la musique prenait son envol sur l'esplanade du Soleil. Interprétant des titres de Joan Baez, Maja Bellil, de Saint-Imier, donnait le coup d'envoi d'une soirée où une quinzaine de formations se sont succédé. Du classique, avec Nicolas Farine au piano, à The Hitcher, jeune formation du Noirmont, en passant par la chanson française (Dehlila) ou brésilienne (Mildred), le blues de Ruedi Teuscher ainsi qu'un peu de ska... / mgo

Votre publicité ici avec IMPACT_medias