Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Echec du projet à quatre du Plateau de Diesse

Le projet de fusion des quatre communes du Plateau de Diesse (BE) a échoué.

11 mars 2012, 17:21
Le village de Nods, sur le Plateau de Diesse, vu depuis Chasseral.

Le projet de fusion des quatre communes du Plateau de Diesse (BE) a échoué. Si les habitants de Diesse, Lamboing et Prêles ont accepté dimanche à plus de 70% ce mariage, ceux de Nods l'ont en revanche refusé à plus de 80%.

Les fusions de communes peinent donc toujours autant à convaincre dans le Jura bernois alors qu'elles rencontrent un succès dans les cantons voisins de Neuchâtel et du Jura. La majorité des habitants de Nods estimaient que leur village de 745 âmes n'avait rien à gagner d'une fusion, notamment sur le plan fiscal.

Participation de plus de 80%

Diesse a approuvé le contrat de fusion par 167 voix contre 46 avec une participation de 69%, Prêles par 292 voix contre 114 avec une participation de 63% et Lamboing par 235 voix contre 75 avec une participation de 62%. A Nods, le non l'a emporté par 336 voix contre 82 avec une participation de 81%.

Les quatre villages devaient accepter cette convention pour que la nouvelle commune fusionnée forte de quelque 2700 habitants puisse voir le jour en janvier 2013. Le projet pour donner naissance à la commune "Plateau de Diesse" avait démarré il y a six ans.

Après avoir participé dans un premier temps aux discussions sur ce projet, La Neuveville s'est retirée de ce processus. La commune du bord du lac de Bienne estimait qu'il y avait trop de différences avec les villages du Plateau de Diesse qui culminent à 800 mètres au niveau du mode de fonctionnement et de la mentalité.

Deux échecs

Les fusions piétinent dans le Jura bernois. Deux projets ont essuyé un refus populaire ces dernières années: celui des six communes du Bas-Vallon de St-Imier (La Heutte, Orvin, Péry, Plagne, Romont et Vauffelin) en 2008 et celui des communes de Malleray et Bévilard en 2000.

Le canton de Berne souhaite réduire le nombre des communes. Pour y parvenir, le Grand Conseil bernois a adopté en première lecture en février une modification de la constitution lui permettant, dans certaines conditions, d'imposer une fusion à certaines communes.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias