Décibels de nuit en forêt

Grindcore ou hardcore, post-rock ou rock-métal: les décibels seront à l'honneur ce prochain week-end au-dessus de Sonvilier. Les métalleux débarqueront en force pour participer au troisième festival Toxoplasmose, organisé par la jeune association des Mokos.
09 juin 2009, 10:45

Les murs du château d'Erguël vont trembler vendredi et samedi à l'occasion de Toxoplasmose 3, un festival hors du commun qui commence à faire sa petite place sur la liste des manifestations musicales incontournables de notre région.

Gonflés à bloc à la suite du succès rencontré lors de la dernière édition - 400 fans avaient fait le déplacement, malgré le froid -, les cinq jeunes Imériens qui composent l'association des Mokos n'ont donc pas hésité à remettre la compresse. «Nous pensons attirer cette année quelque 800 personnes sur les deux jours», indique Jonathan Jeanneret, secrétaire de l'association. Pour ce faire, les cinq jeunes gens ont mis tous les atouts de leur côté. Tout d'abord une programmation de qualité. La bande des cinq est allée dénicher des groupes de métalleux hors de nos frontières, dont les Autrichiens de All Falls Down et The Ocean, un collectif venu de Berlin. Les autres formations viennent de Suisse romande et de France voisine.

Vendredi sera grindcore avec All Falls Down, mais aussi Helmut (GE), Yog (NE), Abstract Reason (VD), Tedh Secret (NE) et Unas Rakraganh (France-Jura). Samedi place au post-rock avec des groupes plus accessibles: comme The Ocean, suivi de Brume (VD), Lilium Sova (GE), Killbody Tuning (NE) et Rock'n'Balkan (NE).

Au total, dix formations pour 48 heures de décibels en folie. Les animaux de la forêt s'en souviendront. Au fait, que pensent les défenseurs de nos amies les bêtes de votre festival? «Nous n'avons jamais connu de problème, ni reçu de plainte jusqu'ici», affirme Robin Perrenoud, vice-président des Mokos, association créée en 2004 pour «combler une lacune musicale dans l'Arc jurassien», comme ils disent.

Autre atout qui fait le charme de ce festival: la magie du lieu confère à l'événement une dimension toute particulière. Enfin, l'entrée est gratuite. «Une urne sera installée sur le bar. Les gens sont libres de mettre ce qu'ils veulent», explique Jonathan Jeanneret. Jusqu'ici, Toxoplasmose n'a laissé aucun bénéfice. Mais les Mokos n'en font pas une maladie. Ils comblent eux-mêmes les petites pertes. Cette année, leur budget se monte à 10 000 fr., soit 2000 fr. de plus qu'en 2008.

Les festivités débuteront vendredi 12 juin à 19h. Samedi, le public est attendu dès 17h. Des navettes gratuites au départ de la gare de Saint-Imier sont prévues dès 18h le vendredi et dès 17h le samedi. Une aire de camping sera également aménagée près des Sauges afin de permettre au public de rester sur place. /MPR