Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Baselworld: Johann Schneider-Ammann ouvre officiellement le salon

Le salon international de l'horlogerie et de la bijouterie Baselworld 2015 a ouvert officiellement ses portes jeudi en présence du conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann. Le rendez-vous incontournable de la branche déroulera ses fastes jusqu'au 26 mars.

19 mars 2015, 14:19
Le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann a ouvert officiellement Baselworld 2015.

Sous le crépitement des flashes et au rythme trépidant des tambours, Johann Schneider-Ammann a coupé le ruban symbolique en fin de matinée. Accompagné d'une imposante délégation, le chef du Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR) a ensuite entrepris une visite de différents stands.

La tradition veut qu’un conseiller fédéral en fonction inaugure la manifestation, preuve de l’importance du salon pour l'horlogerie et pour l'économie helvétique dans son ensemble. Avant toute chose, Johann Schneider-Ammann a tenu à rendre hommage à Jacques Duchêne, qu’il avait côtoyé à de nombreuses reprises.

Le président du comité des exposants de Baselworld est décédé dans la nuit de mardi à mercredi à l’âge de 82 ans. Le ministre de l'économie a vanté les mérites de l’art horloger, "entraîné vers des sommets toujours plus élevés. Dans la précision, l’ingéniosité technologique et dans des formes esthétiques toujours renouvelées".

Le grand art de l’homme

Johann Schneider-Ammann a cité Napoléon Bonaparte afin d’illustrer son propos: "Le temps est le grand art de l’homme". Au-delà, le Bernois a reconnu que les risques avaient augmenté pour l’économie, qu’il s’agisse de la mise en oeuvre de l’initiative contre l’immigration de masse, du franc fort, de l’environnement économique international incertain ou de la crise ukrainienne.

"Nous pouvons faire face à cette situation. Mais seulement si nous nous souvenons de nos vertus", a-t-il souligné. Johann Schneider-Ammann a appelé les milieux économiques et politiques à se comporter de façon responsable.

"Le franc fort ne date pas d’aujourd’hui et nous a déjà contraint par le passé à faire mieux que la concurrence", a rappelé le conseiller fédéral.

Johann Schneider-Ammann a relevé la nécessité d’améliorer les conditions-cadres de l’économie suisse, vantant au passage le système de formation dual, un marché du travail libéral ainsi que le partenariat social, qui permet de régler les problèmes de façon consensuelle.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias