Athlétisme – Mondiaux de Doha: Lea Sprunger termine 4e en finale du 400 m haies et bat le record de Suisse

Lea Sprunger a terminé à la 4e place de la finale du 400 m haies des Mondiaux de Doha, battant le record de Suisse en 54''06. La médaillée d’or Dalilah Muhammad a de son côté battu le record du monde avec un temps de 52''16.
04 oct. 2019, 20:32
/ Màj. le 04 oct. 2019 à 22:09
Lea Sprunger from Switzerland in action during the women's 400 meters hurdles semi-final at the IAAF World Athletics Championships, at the Khalifa International Stadium, in Doha, Qatar, Wednesday, October 2, 2019. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Lea Sprunger a échoué à la pire des places, la 4e, lors du 400 m haies des Mondiaux de Doha. Elle a pourtant (enfin) battu le record de Suisse d’Anita Protti, réussissant 54''06 dans une course gagnée par Dalilah Muhammad qui a battu son record du monde (52''16).

 

 

«Les sentiments sont très mitigés à chaud. A un moment je suis contente d’avoir ce record de Suisse, et la seconde d’après il y a la mini déception d’être 4e. C’est la place des cons», a lâché la Vaudoise, qui a réussi 54''06 dans une course gagnée par Dalilah Muhammad avec un nouveau record du monde à la clé (52''16).

Rien à se reprocher

La championne d’Europe en titre de la discipline, qui a amélioré de 0''19 la marque établie par Anita Protti lors des Mondiaux 1991, n’a rien à se reprocher. Son entraîneur Laurent Meuwly estimait qu’un chrono dans les 53''9-54''0 serait nécessaire pour monter sur la boîte. Il avait sous-estimé les rivales de sa protégée.

«C’est très dur à avaler», a concédé le Fribourgeois. «Elle méritait tellement une place sur le podium. C’est une performance stratosphérique, réalisée le jour J en ayant couru à l’aveugle au couloir 9. Mais elle a fait tout juste, et n’a rien à se reprocher», a confirmé l’ancien décathlonien.

«Beaucoup de fierté»

Derrière l’Américaine Dalilah Muhammad, sa compatriote Sydney McLaughlin (2e en 52''23) et la Jamaïcaine Rushell Clayton (3e en 53''74) ont en effet également réalisé un record personnel dans une finale d’un niveau exceptionnel. Lea Sprunger semblait encore en mesure d’arracher le bronze à l’entame de la dernière ligne droite, mais Rushell Clayton a parfaitement tenu le choc.

 

 

«Avec un petit peu de recul, il y a beaucoup de fierté car je reviens de loin. Et je cours depuis longtemps après ce record de Suisse», a expliqué Lea Sprunger, dont la déception semblait se dissiper au fil des minutes en zone mixte. «Au final, je suis fière d’avoir terminé 4e d’une course pareille», a-t-elle enchaîné.

«Les deux premières sont des monstres. Ca me donne juste envie de retourner au boulot et d’essayer de les concurrencer lors des JO l’an prochain», a encore expliqué une Lea Sprunger au regard d’ores et déjà tourné vers l’avenir. «Il va falloir descendre sous les 54'' pour prétendre à une médaille à Tokyo», a-t-elle souligné.

«Je me suis battue avec mes armes»

Lea Sprunger n’oublie pas d’où elle revient, elle qui a souffert d’une inflammation dans le bas du dos en début de saison. «En arrivant ici, je pensais bien ne pas avoir le niveau pour passer sous les 54''. Mais je me suis battue avec les armes», a expliqué la Ginginoise, qui n’était même pas descendue sous les 55'' en 2019 avant de débarquer à Doha.

«Une fois de plus, Laurent a été très fort en me permettant d’être en forme au bon moment. Je lui dois tellement», a ajouté Lea Sprunger, dont le mental est à toute épreuve. «Je suis bien plus forte mentalement que par le passé. La saison a mal commencé, mais le travail a été fait. Chaque fois on peut construire sur des bases plus solides. C’est en étant patiente que j’en suis arrivée là.»

par Andy Maître