23.10.2018, 14:41

Transport routier: les routes suisses sont sûres, mais nécessitent toujours plus d'investissements

chargement
Le réseau routier, vieillissant et très sollicité, nécessite des travaux réguliers.

Réseau Le réseau routier suisse est bon. C'est le constat du dernier rapport de l'Office fédéral des routes (OFROU). Mais, pour maintenir sa qualité, il faut toujours plus d'investissements financiers.

L'état des routes nationales est satisfaisant. Mais le maintien de ce bon niveau général requiert toujours plus d'investissements. En cause: le vieillissement, l'extension du réseau et sa sollicitation croissante.

En 2017, la Confédération a dépensé 1548 millions de francs pour l’entretien, l’aménagement et l’exploitation des routes nationales indique l'Office fédéral des routes (OFROU). Ces coûts accusent une tendance à la hausse, signale-t-il mardi dans un communiqué, à l'occasion de la publication de son rapport 2017.

En savoir plus : Rapport 2017 d'état du réseau des routes nationales de l'OFROU

Le réseau de routes nationales a été construit pour l'essentiel dans les décennies 1960 à 1980. Une majorité des routes a donc aujourd'hui entre 30 et 50 ans, note le rapport. L'OFROU prévoit par ailleurs une augmentation inéluctable du trafic, qui pèsera naturellement sur les frais d'entretien des routes.

La Suisse s'est dotée des conditions nécessaires au financement de ces infrastructures à court et moyen terme, relève toutefois l'Office fédéral. Le fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération (FORTA), qui entrera en vigueur dès 2018, permettra d'affecter 3 milliards de francs annuels à cet objectif.

Sécurité optimale

Aucune lacune n'est relevée en matière de sécurité, souligne l'OFROU. Le rapport a examiné en particulier les tunnels, les ouvrages d'art, les chaussées et les revêtements. Or ces derniers ont été jugés moyens ou bons dans 95% des cas.

Aucun ouvrage d'art n'est dans un état considéré comme alarmant, et la sécurité est garantie en tout temps, relève encore le rapport. La Confédération entend toutefois investir davantage dans l'entretien de ces ouvrages, afin d'en assurer le niveau de qualité élevé à long terme.

L'état des tunnels et des ouvrages souterrains a été estimé bon ou acceptable dans 80 % des cas et il en va de même pour les équipements de sécurité. Aucune mesure urgente n'est requise dans ce domaine non plus.

Augmentation des besoins financiers

L'OFROU publie pour la deuxième fois son rapport sur l’entretien, l’aménagement et l’exploitation des routes nationales. Son objectif est d'examiner l'usage et l'impact des montants investis.

Ce rapport comprend des projections quant à l'augmentation des besoins financiers. Il fait état d'une hausse prévisible de 63% à l'horizon 2030. Celle-ci tient compte des besoins identifiés en matière d’achèvement et d’aménagement du réseau.

Fin 2017, le réseau de routes nationales comptabilisait au total 1855 kilomètres. Selon les estimations de l'office, près de 82 milliards de francs seraient nécessaires aujourd'hui pour le construire à nouveau.

 

Le réseau national comprend 459 tunnels et ouvrages souterrains. 4’556 ponts autoroutiers jalonnent également le réseau. Le pont le plus haut (113 m) est le Pont sur la Mentue et le pont le plus long (3’155 m) est le viaduc d’Yverdon, tous deux situés dans le canton de Vaud.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

TransportsTransports: deux fois plus de trajets parcourus par les Suisses depuis 1970Transports: deux fois plus de trajets parcourus par les Suisses depuis 1970

MobilitéTransports publics: une application veut faciliter les déplacements en bus des malvoyantsTransports publics: une application veut faciliter les déplacements en bus des malvoyants

mobilitéTransports: les bus longues lignes ne pourront pas concurrencer le trafic régionalTransports: les bus longues lignes ne pourront pas concurrencer le trafic régional

Environnement et santéMobilité: à cause de la pollution et du bruit, le transport routier coûte davantage que son prixMobilité: à cause de la pollution et du bruit, le transport routier coûte davantage que son prix

Top