03.11.2020, 16:44

Santé: un quart du territoire suisse favorable à la propagation des tiques

chargement
Les tiques ont migré vers des altitudes plus élevées.

Parasites Les surfaces favorables aux tiques n’ont cessé d’augmenter ces dernières années. Le réchauffement climatique a permis sa migration vers des altitudes plus hautes. On le savait déjà, ces parasites peuvent transmettre des maladies graves comme la borréliose et l’encéphalite. Selon de récentes études, elles peuvent également être porteuses de chlamydiales, une bactérie pouvant infecter les voies respiratoires.

Des chercheurs de l’EPFL et du CHUV ont pour la première fois cartographié la répartition des tiques en Suisse et la présence au sein de leurs organismes de bactéries chlamydiales. La surface des zones favorables à leur développement a augmenté de 10% en dix ans.

 

 

Ces petits acariens transmettent des maladies potentiellement graves comme la borréliose et l’encéphalite à tiques. Selon de récentes études du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), elles peuvent aussi être porteuses de chlamydiales, une bactérie qui peut provoquer des infections des voies respiratoires.

Les chercheurs dirigés par Estelle Rochat, doctorante à l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), ont désormais identifié les zones où les tiques pourraient se propager et être porteuses de chlamydiales. Ils ont utilisé trois bases de données ainsi qu’une méthode de Machine learning pour estimer leur répartition en fonction de divers facteurs tels que la température et les précipitations.

 

 

Les tiques ont migré vers des altitudes plus élevées

«Les données montrent que les tiques sont remontées de 300 à 400 mètres dans les étages alpins», a déclaré Gilbert Greub, directeur de l’Institut de microbiologie du CHUV, cité dans un communiqué de l’EPFL. Il attribue ce phénomène au réchauffement climatique.

Les données montrent que les tiques sont remontées de 300 à 400 mètres dans les étages alpins.
Gilbert Greub, directeur de l’Institut de microbiologie du CHUV.

En outre, il a été constaté qu’en 2018, les tiques pourraient héberger des chlamydiae dans neuf pour cent des zones suisses, contre huit pour cent en 2008, comme le rapportent les chercheurs dans la revue «Applied and Environmental Microbiology».

Les chercheurs sont convaincus que leur méthode serait également adaptée à l’encéphalite à tiques ou à la maladie de Lyme, par exemple.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

PréventionSanté: les cas d'encéphalite à tiques explosentSanté: les cas d'encéphalite à tiques explosent

SantéPlus de 120 cas d'encéphalite en moins d'1 mois: l’OFSP met en garde contre les tiquesPlus de 120 cas d'encéphalite en moins d'1 mois: l’OFSP met en garde contre les tiques

PiqûresSanté: les tiques sont de retour en Suisse, voici quelques règles pour les éviterSanté: les tiques sont de retour en Suisse, voici quelques règles pour les éviter

Les tiques sont de retour en Suisse

Les tiques sont sorties de leur torpeur hivernale. Bien qu’il n’existe pas de protection absolue contre les maladies...

  16.04.2020 10:26

Top