03.08.2015, 09:16

Rime rêve qu'un second UDC l'accompagne bientôt à Berne

chargement
Par Fribourg, Philippe Castella - La Liberté

A Fribourg, l'automne électoral promet d'être chaud. Car élections fédérales et cantonales vont s'entrecroiser, comme cela arrive tous les vingt ans. Pour ce qui est de l'élection au Conseil national, on pourrait pourtant craindre une campagne ennuyeuse avec six sortants sur sept qui se représentent, dont la plupart ont fait leur trou à Berne. Il n'en est rien, car les positions sont loin d'être figées.

Au final, un statu quo n'est pas à écarter dans la répartition des sièges, à savoir deux PDC, deux socialistes, un UDC, un libéral-radical et un chrétien-social. Mais ce n'est de loin pas le scénario le plus probable. Ce scénario, l'UDC rêve de le réécrire. Son ambition de glaner un second siège est légitime. Il y a quatre ans, elle n'en était pas passée loin. Dans l'intervalle, son élu Jean-François Rime a acquis une stature nationale, grâce notamment à sa double candidature de combat au Conseil fédéral l'an dernier.

Siège PDC menacé

La question est de savoir qui pâtirait d'un gain UDC. Même si sa marge est étroite, le Parti libéral-radical devrait réussir à conserver son siège. Il pourra s'appuyer sur un Jacques Bourgeois qui a réussi à se profiler à Berne sur les dossiers agricoles - il est directeur de l'Union suisse des paysans - et de l'énergie.

La situation du PDC est beaucoup plus inconfortable avec le retrait de la très populaire Thérèse Meyer. Vice-président du PDC suisse, Dominique de Buman devrait certes assurer sa réélection. Pas sûr pourtant qu'il constitue une locomotive suffisante pour permettre à un parti en constante érosion de maintenir ses deux sièges. Après avoir jeté aux orties sa vieille alliance avec le Parti libéral-radical, le PDC pourrait toutefois trouver une planche de salut dans son apparentement avec les Verts libéraux et le PBD.

La gauche pas à l'abri

Même si elle a conclu un large apparentement, la gauche n'est pas non plus à l'abri de perdre un de ses trois sièges. Dans ce cas, c'est le Parti chrétien-social (PCS) qui pleurerait le sien, le PS semblant assuré d'en conserver deux.

Mais si la gauche arrive à maintenir ses trois sièges, une redistribution des cartes en son sein est possible et même vraisemblable. En perte de vitesse et privé de son charismatique leader Hugo Fasel, qui s'est retiré en cours de législature, le PCS aura beaucoup de mal à conserver son unique siège sous la Coupole fédérale, occupé par Marie-Thérèse Weber-Gobet.

Les Verts enfin mûrs?

Les Verts semblent enfin mûrs pour le récupérer, après avoir longtemps joué les porteurs d'eau de la gauche. Mais le PS pourrait aussi mettre tout le monde d'accord grâce à son omniprésent président national Christian Levrat, son autre sortant Jean-François Steiert et un mode de répartition avantageant les grandes formations.

Au final, tout devrait se jouer dans un mouchoir de poche.

Un duo d'indétrônables aux Etats

En place depuis huit ans, le tandem fribourgeois Schwaller-Berset au Conseil des Etats semble indétrônable. Les deux sont des poids lourds de la politique fédérale. Au point que le socialiste Alain Berset fait figure de favori aujourd'hui dans la course à la succession de Micheline Calmy-Rey au Conseil fédéral. Quant à Urs Schwaller, il préside le groupe PDC et a acquis un statut de figure tutélaire au sein de son parti. Le PDC en avait fait son champion en 2009 pour tenter de ravir un siège aux radicaux au Conseil fédéral, mais il a échoué face au Neuchâtelois Didier Burkhalter.

En plus de leur poids personnel à Berne, il y a celui de l'histoire. Depuis 1979, Fribourg est représenté au Conseil des Etats par un tandem formé d'un démocrate-chrétien et d'un socialiste. Il y a eu juste un intermède de quatre ans, de 1999 à 2003, avec un radical à la place d'un socialiste.

Face à eux, les deux sortants trouveront un autre ancien et peut-être futur candidat au Conseil fédéral, le conseiller national UDC Jean-François Rime. Il avait déjà tenté sa chance aux Etats en 2007. Mais il a acquis une autre dimension durant la dernière législature. Reste que ce sera compliqué pour lui dans une élection au système majoritaire et qu'il est là avant tout pour tirer la liste de son parti au National.

Le dernier candidat est le député libéral-radical Ruedi Vonlanthen. Une candidature par défaut et pour garder une visibilité dans la campagne, tant les radicaux ne croient pas à un renversement possible du tandem en place. Il faut dire qu'ils n'y étaient pas arrivés il y a quatre ans malgré l'alliance avec le PDC qui n'a pas été reconduite.

La seule question qui se pose est de savoir si les deux sortants seront réélus au premier tour. Urs Schwaller y était parvenu en 2003 et en 2007. Mais sans l'alliance avec les radicaux, pour Urs Schwaller, ce sera plus compliqué. Pour Alain Berset, ce serait un exploit. Mais sa candidature plus que probable au Conseil fédéral pourrait lui attirer un fort courant de sympathie des Fribourgeois qui rêvent d'un nouveau conseiller fédéral après Joseph Deiss. / PHC


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

live
EpidémieCoronavirus: un 3e cas confirmé à Genève, plusieurs manifestations annuléesCoronavirus: un 3e cas confirmé à Genève, plusieurs manifestations annulées

inéditCoronavirus en Suisse: des dizaines de manifestations passent à la trappeCoronavirus en Suisse: des dizaines de manifestations passent à la trappe

On résumeLes 5 infos qu’il ne fallait pas louper cette semaineLes 5 infos qu’il ne fallait pas louper cette semaine

ProgrammeExtrémisme violent: seize projets de lutte financés dans le cadre du plan nationalExtrémisme violent: seize projets de lutte financés dans le cadre du plan national

FinanceBanques: rémunération en baisse pour les dirigeants d’UBS en 2019Banques: rémunération en baisse pour les dirigeants d’UBS en 2019

Top