20.02.2020, 12:01

Réseaux sociaux: "Liker" des insultes sur Facebook est désormais punissable

chargement
Le Tribunal fédéral s'est prononcé sur la diffusion de messages "likés" sur Facebook (archives).

Justice Appuyer sur le bouton "j'aime" sur des insultes Facebook peut aujourd'hui mener devant le tribunal. Dans un arrêt publié jeudi, le Tribunal fédéral rappelle que la publication de propos diffamatoires constitue à elle seule un délit.

Presser la touche "j'aime" ou "partager" sur Facebook peut entraîner des suites judiciaires si un avis diffamatoire est ainsi propagé. Le Tribunal fédéral confirme en partie un jugement concernant des insultes contre un protecteur des animaux.

En 2018, la Cour suprême du canton de Zurich a condamné à des jours-amendes avec sursis un quadragénaire pour diffamation répétée à l'égard d'Erwin Kessler. Par un courriel, par un commentaire sur Facebook et en activant les fonctions "j'aime" ou "partager" sur les pages d'autres personnes, il avait souscrit à des accusations d'antisémitisme, de fascisme et de racisme contre le fondateur de l'association contre les usines d'animaux.

La propagation est un délit

Dans un arrêt publié jeudi, le Tribunal fédéral rappelle que la propagation de propos diffamatoires constitue à elle seule un délit. En pressant les touches "j'aime" ou "partager", un utilisateur contribue à améliorer la visibilité d'un contenu sur Facebook.

Cependant, la réalité de la propagation doit être appréciée au cas par cas, nuance la Cour de droit pénal. Le contenu partagé ou "liké" doit avoir été communiqué à un tiers: le délit n'est réalisé que lorsque ce propos est devenu lisible et a été perçu par le tiers. Cette condition dépend de la maintenance du fil d'actualité et des paramètres de l'utilisateur.

Absence de preuves

Dans le cas présent, il est établi que les contenus litigieux ont atteint des personnes au-delà du cercle des abonnés de leur auteur initial. La justice zurichoise a donc considéré à bon droit que la propagation était réalisée.

Cependant, le Tribunal fédéral a admis le recours du quadragénaire et renvoyé la cause à la Cour suprême zurichoise. En effet, cette dernière ne lui a pas permis de prouver que ses affirmations étaient véridiques.

Dans le cadre de ce recours, les juges de Mon Repos n'ont pas été amenés à préciser si Facebook est un média au sens du Code pénal. Si cette notion était admise, seul l'auteur serait punissable alors que le réseau social pourrait se prévaloir du privilège des médias. (6B_114/2018 du 29 janvier 2020)

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Données personnellesRéseaux sociaux: Facebook reporte le lancement de son application de rencontreRéseaux sociaux: Facebook reporte le lancement de son application de rencontre

CybersécuritéRéseaux sociaux: Facebook bloque trois campagnes de manipulationRéseaux sociaux: Facebook bloque trois campagnes de manipulation

InternetRéseaux sociaux: Twitter va enlever ou étiqueter les contenus «falsifiés» et «nocifs»Réseaux sociaux: Twitter va enlever ou étiqueter les contenus «falsifiés» et «nocifs»

DeuilMort de Kobe Bryant: le monde du sport rend un ultime hommage sur les réseaux sociauxMort de Kobe Bryant: le monde du sport rend un ultime hommage sur les réseaux sociaux

EssaiRéseaux sociaux: Instagram teste la disparition du nombre de «likes» à travers le mondeRéseaux sociaux: Instagram teste la disparition du nombre de «likes» à travers le monde

Top