24.12.2016, 01:33

Quand le psychologue doit se préparer au pire

Premium
chargement
A Berlin, la population en deuil multiplie les hommages aux victimes.
Par PIERRE-ANDRé SIEBER

POLICE Après Berlin, les cellules d’urgence se tiennent prêtes. Exemple à Genève.

Comment prendre en charge les gens traumatisés psychologiquement par un attentat comme celui de Berlin? En Suisse, les cantons disposent d’unités de psychologues d’urgence. Interview d’Helena Casazza, de l’AGpsy-Police, la cellule dépendant du Département de la sécurité du canton de Genève.

Qui assure à Genève le soutien psychosocial dans le cas d’un attentat comme celui survenu au marché de...

À lire aussi...

live
EpidémieCoronavirus: le gouvernement suisse interdit immédiatement les grandes manifestationsCoronavirus: le gouvernement suisse interdit immédiatement les grandes manifestations

FinanceBanques: rémunération en baisse pour les dirigeants d’UBS en 2019Banques: rémunération en baisse pour les dirigeants d’UBS en 2019

TransportsTransports publics: subventions perçues en trop par les CFF et la BLSTransports publics: subventions perçues en trop par les CFF et la BLS

IntempériesMétéo: le nord de la Suisse a été balayé par la tempête «Bianca»Météo: le nord de la Suisse a été balayé par la tempête «Bianca»

USAGE UNIQUEInterdire les plastiques n’est pas si simpleInterdire les plastiques n’est pas si simple

Top