13.01.2018, 00:01

Personne ne sort de l’ombre de Leuthard

Abonnés
chargement
Doris Leuthard pourrait annoncer  sa démission peu après la votation  «No Billag», selon «Blick».

 13.01.2018, 00:01 Personne ne sort de l’ombre de Leuthard

Par ats

CONSEIL FÉDÉRAL Les supputations se poursuivent sur un prochain départ de la ministre PDC.

Doris Leuthard quittera-t-elle le Conseil fédéral juste après la votation du 4 mars sur l’initiative «No Billag»? C’est ce que «Blick» a laissé entendre hier, se référant à des «confidents» et «compagnes de route» anonymes de la ministre démocrate-chrétienne.

Cela étant, la plupart des papables à sa succession, femmes ou...

Doris Leuthard quittera-t-elle le Conseil fédéral juste après la votation du 4 mars sur l’initiative «No Billag»? C’est ce que «Blick» a laissé entendre hier, se référant à des «confidents» et «compagnes de route» anonymes de la ministre démocrate-chrétienne.

Cela étant, la plupart des papables à sa succession, femmes ou hommes, restent encore à couvert. Même si certains commencent gentiment à se profiler.

Depuis son annonce l’été dernier, on sait que l’Argovienne compte s’arrêter au plus tard à la fin de la législature, en 2019. Selon le scénario le plus répandu, la ministre des médias attendrait de passer la votation du 4 mars sur l’initiative «No Billag» avant de partager ses intentions. Ce scrutin constitue sa dernière grande bataille, elle qui lutte contre la suppression de la redevance radio-TV réclamée par les initiants.

Dans les faits, il est ardu d’en apprendre davantage. Le Département fédéral de l’énergie, des transports, de l’environnement et de la communication (Detec), qu’elle dirige, ne commente pas les affirmations du «Blick». Et le président du PDC, le Zougois Gerhard Pfister, se contente de répéter que «la décision reste du ressort de Doris Leuthard».

Néanmoins, certains parlementaires fédéraux avanceraient gentiment leurs pions. Elisabeth Schneider-Schneiter par exemple. La conseillère nationale (BL), citée par les médias depuis des mois comme éventuelle candidate, aurait fait part de son intérêt pour la fonction lors d’échanges au sein du groupe parlementaire PDC, indique une source proche. Ce qu’elle dément officiellement: «La question d’une candidature au Conseil fédéral ne se pose pas, puisque Doris Leuthard est toujours en fonction.» Un autre nom revient sinon souvent: Viola Amherd. Mais la conseillère nationale valaisanne, réitère: «je n’ai pas à y réfléchir tant que Doris Leuthard est en place. C’est une question de respect».

Quant aux Femmes PDC, elles restent peu avancées dans leurs travaux, elles que le président Gerhard Pfister avait encouragées, il y a plusieurs mois, à se préparer au départ de leur conseillère fédérale. «La commission de sélection des Femmes PDC n’est pas encore constituée», reconnaît la présidente Babette Sigg. «Notre stratégie n’a pas changé: nous voulons deux candidates sur le ticket final et une conseillère fédérale.» On en saura peut-être plus la semaine prochaine, une séance du comité des Femmes PDC mercredi soir. ats


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top