Pas un adieu, mais un au revoir

chargement

PATRICK AEBISCHER Après avoir quitté son poste, il gardera un pied sur le campus de l’EPFL, notamment pour chercher à favoriser la création de start-up.

Par et Rachel Richterich
  10.12.2016, 01:10
Lecture: 4min
Premium
Le fameux Rolex Learning Center, que Patrick Aebischer pourra continuer d’admirer encore quelque temps. Le capitaine du «paquebot» EPFL ne compte pas encore lâcher tout à fait la barre.

La suite de son aventure, Patrick Aebischer la mijote à quelques dizaines de mètres du bureau présidentiel, au cœur du quartier de l’innovation.

Son projet? «Je travaille à un fonds d’investissement dans la technologie pour développer la capacité pour les start-up de croître ici en Suisse». Autrement dit, un growth fund – un fonds de croissance – alimenté par des...

À lire aussi...

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du 21 avrilCoronavirus: toutes les nouvelles du 21 avril

PandémieCoronavirus: que pourrons-nous faire lors des trois phases du plan de sortie de crise?Coronavirus: que pourrons-nous faire lors des trois phases du plan de sortie de crise?

Vie professionnelleFlexibilité des horaires, travail à distance: quel job fait rêver les Suisses?Flexibilité des horaires, travail à distance: quel job fait rêver les Suisses?

ÉnergiesLe Tribunal Fédéral ouvre la voie au parc éolien de Sainte-CroixLe Tribunal Fédéral ouvre la voie au parc éolien de Sainte-Croix

PandémieCoronavirus: les restaurants n'ouvriront pas avant le 26 mai selon le Conseil fédéralCoronavirus: les restaurants n'ouvriront pas avant le 26 mai selon le Conseil fédéral

Top