09.03.2016, 11:38

Meurtre de Marie: pour l'expert psychiatre, les psychopathes comme Claude D. ne changent pas

chargement
Selon l'un des psychiatres qui l'a examiné, Claude D. est une personnalité dyssociale, avec un trouble sadique de la préférence sexuelle.

Justice Au troisième jour du procès de Claude D., meurtrier toujours présumé de la jeune Marie, 19 ans, assassinée en mai 2013 près de Payerne, un premier expert psychiatre affirme que ce genre de psychopathes ne change pas. Il affirme même qu'il sait parfaitement manipuler les médecins qui l'examinent.

Les psychopathes comme Claude D. ne "changent pas, ils ne bougent pas", a affirmé mercredi le psychiatre Philippe Vuille. L'audition du premier expert a donné lieu à force cris et exclamations au sein du tribunal de Renens (VD).

Premier médecin à s'exprimer, le Neuchâtelois Philippe Vuille s'est vite animé en réaction aux questions de la défense de Claude D., Mes Loïc Parein et Yaël Hayat. Le psychiatre a clairement dit qu'il n'était pas d'accord sur certains points avec son confrère qui a aussi examiné Claude D., ainsi qu'avec d'autres médecins.

Tromper les psychiatres

Pour Philippe Vuille, Claude D. est une personnalité dyssociale, avec un trouble sadique de la préférence sexuelle. "C'est un trouble grave", a-t-il assuré. A ses yeux, celui qui est accusé d'avoir tué Marie, 19 ans, en mai 2013, a "une habileté remarquable à tromper les psychiatres".

Claude D. instrumente ses émotions, il n'en est pas victime. L'accusé sait "donner du pain aux psychiatres, tout en cachant les trucs importants. Il sait faire ça", a relevé Philippe Vuille.

Pas de changement

Poussé dans ses derniers retranchements, Philippe Vuille a affirmé que les psychopathes comme Claude D. "ne changent pas, ils ne bougent pas. Le sens moral ne s'acquiert pas avec l'âge", en référence à une possibilité de soigner l'accusé.

Pour Philippe Vuille, la responsabilité pénale de Claude D. n'est pas diminuée, contrairement à ce que pense son confrère. Il réfute cependant qu'il y ait de sa part une position de principe déniant à un psychopathe toute possibilité de diminution de responsabilité.

Une sottise, à titre personnel

Mais "le mal dont souffre Claude D, il en souffrira toute sa vie, jusqu'à sa mort." Cependant, l'internement à vie est "une sottise. Je suis personnellement opposé à l'internement à vie. J'ai voté contre. Cela pose des problèmes et n'en résout pas".

Malgré cela, la Suisse est un Etat de droit et l'on doit le respecter et ne pas esquiver ses responsabilités. A ses yeux, Claude D. ne pourra pas être soigné et l'internement à vie s'impose pour l'accusé. L'audition du deuxième expert doit suivre.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

JusticeMeurtre de Marie: Claude D. dément toute relation amoureuse avec la jeune filleMeurtre de Marie: Claude D. dément toute relation amoureuse avec la jeune fille

Meurtre de Marie: premier jour de procès houleuxMeurtre de Marie: premier jour de procès houleux

JusticeMeurtre de Marie: le tribunal refuse de récuser l'avocat de Claude D., le procès se poursuitMeurtre de Marie: le tribunal refuse de récuser l'avocat de Claude D., le procès se poursuit

JusticeMeurtre de Marie: à l'ouverture de son procès, Claude D. demande la récusation de son avocatMeurtre de Marie: à l'ouverture de son procès, Claude D. demande la récusation de son avocat

justiceMeurtre de Marie à Payerne: enquête terminée et procès avant fin marsMeurtre de Marie à Payerne: enquête terminée et procès avant fin mars

Top