17.04.2019, 12:55

Livre polémique sur la conseillère d'Etat vaudoise Jacqueline de Quattro: pas de conciliation

chargement
Jacqueline de Quattro estime que la couverture du livre est trompeuse et qu'elle laisse à penser qu'elle en cautionne le contenu.

polémique La séance de conciliation entre la conseillère d'Etat vaudoise Jacqueline de Quattro et un journaliste qui veut publier un livre où il la malmène a échoué. L'ouvrage reste interdit. La justice devra se prononcer.

Aucune conciliation n'a été trouvée au sujet du livre à charge consacré à Jacqueline de Quattro. L'ouvrage reste interdit de diffusion en attendant le jugement du Tribunal de l'Est vaudois sur les mesures provisionnelles requises par la conseillère d'Etat.

Le litige porte sur la photo de couverture du livre écrit par Fabien Dunand, intitulé "Une conseillère d'Etat ne devrait pas dire ça". La ministre vaudoise, absente mercredi au tribunal à Vevey, estime que cette couverture porte à confusion, laissant à penser qu'elle est l'auteure ou qu'elle cautionne ce brûlot.

Pas de terrain d’entente

Mercredi durant l'audience à Vevey, la présidente du tribunal Anne-Catherine Page a tenté de trouver un terrain d'entente entre les deux parties. Sans succès toutefois. Les éditions Attinger ont aussi proposé une nouvelle version de la couverture, toujours avec la photo mais sans le nom de la magistrate. Une proposition écartée par l'avocat de Jacqueline de Quattro.

A lire aussi : Vaud: la conseillère d’Etat Jacqueline de Quattro fait interdire un livre très critique envers elle

"On n'agit pas contre le contenu du livre, mais contre sa présentation. Ce n'est pas de la censure", a affirmé François Roux, l'avocat de la conseillère d'Etat. Outre la question de la confusion, il a déclaré que l'utilisation sans autorisation de cette photo constituait une atteinte au droit à l'image.

Jugement rendu ultérieurement

Pour Elie Elkaim, avocat de Fabien Dunand, la photo en question, prise dans le bureau de la ministre, est "strictement publique". Il a noté que ce cliché avait été utilisé à d'autres fins. Il a aussi dénoncé "l'hypocrisie" visant à vouloir interdire un livre en se servant du prétexte de sa couverture.

On n'agit pas contre le contenu du livre, mais contre sa présentation. Ce n'est pas de la censure.
François Roux, avocat de Jacqueline de Quattro

A l'issue des plaidoiries, la présidente du tribunal a annoncé que le jugement serait rendu "dans les meilleurs délais." Selon les avocats des deux parties, il devrait tomber dans le courant de la semaine prochaine.

Que les mesures provisionnelles soient retenues ou non, la décision pourra faire l'objet d'un recours. Celui-ci devra être déposé dans les 10 jours auprès du Tribunal cantonal.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

justiceVaud: la conseillère d’Etat Jacqueline de Quattro fait interdire un livre très critique envers elleVaud: la conseillère d’Etat Jacqueline de Quattro fait interdire un livre très critique envers elle

sans surpriseSuccession Burkhalter au Conseil fédéral: la conseillère d'Etat vaudoise Jacqueline de Quattro candidate à la candidatureSuccession Burkhalter au Conseil fédéral: la conseillère d'Etat vaudoise Jacqueline de Quattro candidate à la candidature

Top