10.03.2016, 11:02

Les Suisses qui participent à des activités terroristes devraient être plus sévèrement punis

chargement
Les Suisses qui rentrent au pays après avoir participé à des activités terroristes pourront être plus sévèrement punis.

Terrorisme Jusqu'ici, participer à des activités terroristes à l'étranger pouvait entraîner, au pire, une peine de 3 ans de prison. Clairement insuffisant pour le National qui demande au Conseil fédéral de modifier le code pénal militaire.

Les citoyens suisses qui participent à des activités de groupes terroristes à l'étranger devraient être plus sévèrement punis. Par 95 voix contre 89, le National a accepté une motion qui propose d'augmenter la durée maximale de la peine de prison à au moins dix ans.

Le Conseil fédéral est chargé de modifier le code pénal militaire en ce sens. La peine actuelle - une peine privative de liberté de trois ans au plus ou une peine pécuniaire - est clairement insuffisante, a fait valoir jeudi Ida Glanzmann-Hunkeler (PDC/LU).

Il faut une sanction plus dissuasive pour empêcher les citoyens de se rendre à l'étranger pour participer à des combats de groupes terroristes, comme l'Etat islamique (EI), a-t-elle poursuivi. Le texte a également reçu le soutien de l'UDC et du PLR. Le Conseil des Etats doit encore se prononcer.

Le code pénal militaire réprime déjà tout service militaire accompli à l'étranger, a rétorqué le ministre de la défense Guy Parmelin en vain. Par analogie, il sanctionne aussi le service accompli au sein de mouvements religieux et d'insurgés.

Selon le conseiller fédéral, une augmentation massive de la peine infligée pour enrôlement dans un service militaire étranger ne reflète nullement la nature illicite de l'acte concret. Elle est par conséquent excessive et injustifiée.

Lorsqu'un Suisse perpètre des crimes de guerre, des crimes contre l'humanité ou d'autres infractions graves à l'étranger, il tombe sous les dispositions du code pénal ou du code pénal militaire, a-t-il en outre rappelé. Il est alors passible au maximum d'une peine privative de liberté à vie.

Surveiller Internet

La Chambre du peuple a en revanche rejeté par 156 voix contre 33 un postulat de l'ancien conseiller national PDC Christophe Darbellay. Celui-ci chargeait le gouvernement d'examiner comment renforcer les mesures préventives pour lutter contre l'extrémisme violent.

La surveillance des activités de groupements terroristes sur les réseaux sociaux doit être améliorée, a déclaré Marco Romano (PDC/TI). Ainsi, les extrémistes violents potentiels pourraient être identifiés à temps et signalés suffisamment tôt aux autorités de poursuite pénale en cas d'incitation à la violence.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

DjihadistesLes services de renseignement ont repéré deux nouveaux djihadistes suissesLes services de renseignement ont repéré deux nouveaux djihadistes suisses

A la hausseTerrorisme: les renseignements ont enregistré 4 nouveaux djihadistes suisses en novembreTerrorisme: les renseignements ont enregistré 4 nouveaux djihadistes suisses en novembre

DjihadismeDouze djihadistes suisses sont probablement mortsDouze djihadistes suisses sont probablement morts

Top